Critique film
Publié le 10/04/2018 à 12h12 par Kévin Aubin
Le Labyrinthe : le Remède Mortel
8 /10

Dans ce dernier volet de l’épopée LE LABYRINTHE, Thomas et les Blocards s’engagent dans une ultime mission, plus dangereuse que jamais. Afin de sauver leurs amis, ils devront pénétrer dans la légendaire et sinueuse Dernière Ville contrôlée par la terrible organisation WICKED. Une cité qui pourrait s’avérer être le plus redoutable des labyrinthes. Seuls les Blocards qui parviendront à en sortir vivants auront une chance d’obtenir les réponses tant recherchées depuis leur réveil au c½ur du Labyrinthe.

Wes Ball étudie le cinéma à l'université et ouvre son propre studio d'effets visuels et d'animation, Oddball Animation. Avec sa société, il réalise des génériques et des effets visuels pour des grands studios notamment Universal et Disney. Mais il est réellement propulsé sur le devant de la scène en 2012 avec son court-métrage Ruin. ce qui lui permet d'être rattaché à la réalisation de son premier long, Le Labyrinthe, l'adaptation du roman de James Dashner. Le film faisant un carton au box-office, Wes Ball renouvelle l'aventure en réalisant le deuxième volet de la saga, "Le Labyrinthe : la Terre Brûlée".

En 2018, il revient avec le troisième et dernier opus de la saga, "Le Labyrinthe : le Remède Mortel". Dans la continuité des précédents opus, ce troisième film clôt comme il se doit une saga entamée en 2014. Après un premier opus en huis clos (identifié par le béton et la prolifération), un second ouvert sur le monde (identifié par le sable et larouille), ce troisième opus mixe habilement les deux espaces (identifié par le verre et l'acier) à savoir un monde post-apocalyptique et des lieux clos. A chaque film son esthétisme qui dégage une image et une sensation singulière, tout en convergeant vers un même univers. Reprenant les ingrédients qui ont fait le succès de la saga, cet épisode final réuni une histoire toujours aussi intéressante à suivre, de l'action toujours aussi efficace et des scènes intimistes centrées sur les personnages jouant habilement avec les émotions. Résultat, le spectateur assiste à un divertissement en bonne et due forme où le spectaculaire se mêle à une histoire d'hommes et de femmes captivante dont on a envie de connaître tous les tenants et les aboutissants. Dès les premières minutes, le ton est donné et le rythme va crescendo tout le long du film. Certes, le film n'est pas exempt de défauts (scènes un peu étirées, méchants stéréotypés, quelques longueurs) mais c'est typique du genre, et donc on y fait abstraction. Une saga "Young adult" sombre et adulte qui évite beaucoup de clichés notamment les triangles amoureux, qui ose tuer des personnages importants, et montrer la cruauté du monde dans lequel elle se situe. Une trilogie qui a su se renouveler avec 3 films différents ayant sa propre identité.

Le fait est que Wes Ball a dirigé cette saga tout du long, ce qui a permis une cohérence artistique évidente. Pour ce troisième film, la mise en scène est toujours aussi énergique et sait mettre en avant les acteurs, les décors grandeur nature ainsi que les immenses bâtisses sont d'un réalisme confondant, la photographie joue sur les couleurs sombres et chaudes pour asseoir une atmosphère post-apocalyptique saisissante et la bande-son rythme parfaitement le film. Une réalisation efficace qui participe à la réussite du métrage.

Au casting, on retrouve les acteurs du début de la saga et tous sont toujours aussi impliqués. Chaque acteur a le mérite de joué un personnage qui trouve sa place même mineure, et personne n'est laissé de côté. En tête, Dylan O'Brien est toujours aussi convaincant et mène le film tout de son long avec toujours aussi d'intensité et de détermination. Un rôle qui l'a fait connaître aux yeux du grand public. Pour l'accompagner, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster ou encore Ki Hong Lee sont tout aussi convaincants et viennent parfaitement épauler Dylan O'Brien. Chacun avec son jeu et sa personnalité se différencie et reste essentiel à la saga.

Pour sa nouvelle réalisation, Wes Ball conclut une saga qu'il a portée tout du long sur une bonne note. Le divertissement est assuré et les fans seront ravis. Une franchise qui vient sonner le glas des films adaptés de la littérature "Young adult". Une période se tourne pour laisser place à d'autres choses.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire