Test jeu vidéo
Publié le 11/06/2019 à 13h27 par Pikminouchon
Atelier Lulua : The Scion of Arland
8 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO
Gust Co. Ltd

RPG

Seulement 2 mois après la sortie du (très moyen) épisode anniversaire, la série Atelier nous revient, plus en forme que jamais, dans un épisode canonique où l'alchimie et les combats sont encore une fois au c½ur du jeu.
Débarrassés de l'encombrante et vieillissante PsVita (snif !), les développeurs de Gust peuvent désormais passer à la vitesse supérieure en proposant un univers plus riche et vibrant grâce à un moteur 3D rutilant : cet opus est vraiment magnifique, que ce soit en nomade ou en mode docké... et parfaitement adapté à l'aspect (trans)portable de la Switch...

La jeune Lulua, fille de l'alchimiste renommée Rorona, vie dans l'ombre envahissante d'une mère talentueuse et adorée de tous. Elle voudrait bien, à son tour, voler de ses propres ailes et devenir une alchimiste chevronnée. Pas très douée, et un peu nunuche, elle devient soudainement propriétaire d'un étrange grimoire (littéralement tombé du ciel!) qu'elle seule est capable de lire et de déchiffrer : c'est le prétexte rêvé pour partir à l'aventure, découvrir le monde et maîtriser l'alchimie !

Comme de coutume, cette nouvelle entrée dans la série "Arland" (après les Ateliers Rorona et Meruru, très appréciés des fans de la série...) propose une épopée où la notion de "mal" n'existe pas : il n'y a aucune guerre, aucun antagoniste, aucun méchant... Inutile de dire que ce contexte est fort agréable, mais sa contrepartie réside dans un univers et des dialogues gentillets, voire niais... Lulua est très mignonne, ses amies également, mais il faut aimer le rose ou les froufrous et se farcir de nombreuses petites saynètes souvent dispensables et superficielles, censées étoffer les relations entre les différents personnages. Et ne mentionnons pas les petits cris kawaï à souhait (ou énervant, c'est selon)...

Concernant les héros, et surtout héroïnes, Lulua et sa copine d'enfance Eva vont rencontrer des compagnons hauts en couleur et plutôt efficaces sur le terrain ! Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, Atelier demande au joueur de parcourir des environnements variés, d'y collecter tout un tas de matériaux alchimiques et de se débarrasser au passage d'encombrants ennemis lors de combats au tour par tour.
Ces combats réunissent jusqu'à 5 personnages, dont 2 en soutien, et donnent la possibilité d'intervertir à tout moment, histoire de recharger les jauges de PV et de MP. Les combattants sont tous spécialisés (tank, effets de zone...) et les alchimistes (comme Lulua) peuvent utiliser le fruit de leur labeur en plein combat (potion, bombe, nourriture...) pour le faire pencher en leur faveur...

Même si les environnements ne sont pas très vastes, ils sont très nombreux, variés et leur agencement est toujours unique. La carte du jeu se remplira progressivement en identifiant clairement chaque région, source de nouveaux loots : le jeu n'est pas en monde ouvert, mais les temps de chargements sont très rapides, vous pouvez vous téléporter dans de nombreux endroits et la localisation des matériaux est ainsi facilitée. Tout est donc fait pour simplifier la vie de l'apprentie-alchimiste.

Servis par des graphismes très colorés et détaillés, Atelier Lulua propose un voyage très rafraîchissant et dépaysant : même après 20 heures de jeu, de nouveaux spots s'offrent au joueur, toujours aussi beaux et détaillés. C'est clairement un des gros atouts de cet opus ! Les personnages, quant à eux, sont parfaitement modélisés et les nymphettes ne manquent pas de charme. Un soin particulier a été apporté aux expressions faciales, mais les animations générales sont bien plus rudimentaires et rigides : c'est certainement un point à améliorer dans le prochain épisode d'Atelier (déjà annoncé!). Le jeu prend en compte le cycle jour/ nuit et les jeux de lumières qui vont avec : les paysages (et leur biotope!) varient au cours de la journée et la météo s'en mêle aussi parfois (pluie, brouillard...). Ce n'est peut être pas aussi beau que dans Zelda Breath of the Wild, mais c'est une réussite aussi bien technique qu'esthétique. Et les villages sont charmants...

L'autre gros versant du titre, en plus de l'exploration et des combats, c'est bien entendu la création alchimique : rapidement Lulua aura à sa disposition d'énormes quantités de matériaux, glanés au hasard de ses recherches ou de ses rencontres... Si vous disposez d'une recette alchimique (on peut en acheter chez le marchand du coin ou en obtenir en remplissant des missions annexes...), vous pourrez créer de nombreux objets utiles au combat, mais aussi aux personnages (armes, équipements, etc...).

Le grimoire magique que vous obtenez au tout début de votre périple devient vite le leitmotiv de votre apprentissage : si vous voulez en remplir les pages (et compléter progressivement les 10 chapitres de cette aventure...), il faudra lire attentivement les indices qu'elles contiennent pour pouvoir les déchiffrer ! Il s’agît vraiment de missions ou de tâches à accomplir, souvent très variées : trouver un boss spécifique, visiter tel endroit, fabriquer un objet d'une puissance particulière... Il faudra se montrer perspicace et malin pour rendre le grimoire enfin lisible et cela passe par des heures et des heures de jeu ! Souvent, le grimoire vous récompensera en vous offrant de nouvelles recettes mais aussi l'accès à de nouvelles zones à explorer. Que vous le vouliez ou non, remplir ces objectifs, plus ou moins cachés, est indispensable à la progression du jeu, même les quêtes qui semblent de prime abord plus subsidiaires ! Certaines lignes du grimoire s'écriront naturellement, au fil de votre progression mais, la plupart du temps, il faudra savoir rapidement où chercher ou quoi faire, sous peine de tourner en rond : c'est là un des défauts du jeu ! D'autant que les textes sont écrits tout petits...et en anglais ! Clairement, un non-anglophone aura énormément de mal à avancer dans cet épisode.

Sur le plan sonore, le jeu est entièrement doublé en japonais, chaque donzelle ayant sa propre personnalité... Le thème musical principal du jeu, en mode exploration, s'adaptera en temps réel ajoutant de nouvelles harmonies en accord avec le paysage exploré : une petite touche fort appréciable . Dans l'ensemble, la partie sonore permet de s'immerger dans l'univers d'Atelier et les instruments à vent (flûte, ocarina, hautbois...) apportent un air de légèreté à une jolie partition musicale.

En dépit de quelques aller et retour agaçants entre les différentes villes (et les ateliers alchimiques...), le rythme de cet Atelier Lulua est enlevé et les temps morts se font rares, à moins de rester bloqué sur une page du grimoire à déchiffrer. Pour le reste, c'est un pur bonheur de se laisser emporter dans cet univers rose bonbon, et de découvrir toutes les possibilités offertes par le généreux jeu de Gust. Une bonne trentaine d'heures vous sera demandée pour parcourir cette histoire mais comptez-en bien plus si vous souhaitez devenir une alchimiste au top du top ! Un épisode particulièrement frais et recommandable, pour les joueurs comme pour les joueuses, à condition de comprendre l'anglais, vraiment indispensable pour le coup.
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ UNE DIRECTION ARTISTIQUE FORMIDABLE

+ GRANDE VARIÉTÉ DES ENVIRONNEMENTS

+ UN SYSTÈME DE JEU ÉPROUVÉ

+ PLEINS DE PETITS DÉTAILS ADORABLES
- UN JEU DE LONGUE HALEINE POUR LES COMPLÉTISTES

- LES ÉNIGMES DU GRIMOIRE PARFOIS OBSCURES...

- QUELQUES ALLER-RETOURS UN PEU RELOU.

- ANGLAIS INDISPENSABLE !

- IL FAUT AIMER LES LOLITAS QUAND MÊME...
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire