Test jeu vidéo
Publié le 05/04/2018 à 12h05 par Pikminouchon
Bayonetta 1 + 2
8 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

ACTION

Après le naufrage de la WiiU, il aurait été dommage que "Bayonetta" ne fasse pas un retour fracassant sur la nouvelle machine à cash de Nintendo ! L'infernale cagole revient donc dans un copier-coller des versions d'origine sur la plus (trans) portable des consoles de jeu vidéo. Car, ne faisant jamais les choses à moitié, notre sorcière bien aimée nous propose ici ses deux aventures fondatrices...en attendant la 3ème, d'ores et déjà annoncée par big N et Platinum Games. Dans le jargon marketing, on appelle ça  : "occuper le terrain avec un portage facile en guise d'apéritif"...

La série Bayonetta, c'est la quintessence du Beat'em all, un jeu de castagne et d'action où la sorcière binoclarde se farçit les vilains de tous poils, qu'ils soient anges ou démons. Usant et abusant de ses poings, ses pieds ou ses flingues, la brave petite devra éliminer des ennemis et des boss progressivement plus imposants et puissants, toujours avec classe et désinvolture : sa prestation sera fatalement évaluée en fin de rixe, bonus pécuniaires à la clef ! Ah, l'amour du combo bien fait...

Sans aucun doute, cette Bayonetta a un style certain, très caractéristique, qui en fait un personnage unique dans l'univers du jeu vidéo...
Enfer, paradis, purgatoire : la mythologie christique a été une source importante d'inspiration pour les développeurs nippons de cette série. Parsemé de chérubins ou d'archanges mécaniques et torturés, l'univers est également très rococco, dorures et enluminures à l'appui, ce qui ne plaira sans doute pas à tout le monde. Idem pour l'apparence très cuir de Bayonetta qui a d'ailleurs troqué son look à la Sarah Palin dans le premier épisode, contre une coupe de cheveux bien plus tendance dans le 2ème opus.

Ce qui ne change pas, par contre, c'est l'attitude provocatrice et irrévérencieuse de la sorcière d'Umbra ! Toujours aussi aguicheuse et sûre de sa féminité, les développeurs s'en sont donnés à c½ur joie, en particulier lors des cinématiques totalement WTF ! Rien que la séquence d'ouverture de Bayonetta 2 donne le ton : les différents protagonistes sont présentés sur fond de meeting aérien qui dégénère en plein c½ur de Manhattan, envahis de démons très bling-bling... Une version musicale hardcore de "Moon River" de Henri Mancini émaillant en parallèle cette intro de très haute volée : le ton est donné en 5 minutes de jeu à peine ! Cette séquence fait clairement écho à celle que l'on trouve dans le premier épisode, avec une version débridée de "Fly me to the Moon" : esthète, la sorcière...
Ne boudons pas notre plaisir : gros plans suggestifs sur l'entrejambe de l'héroine ou sur son popotin, ce frippon d'Hideki Kamiya (le game director) ne se prive d'ailleurs pas pour mettre en valeur sa création vidéo-ludique !

Le bougre, transfuge de chez Capcom, connaît bien son affaire : le système de combat adulé de la série "Devil May Cry", c'est lui et il a donc, tout naturellement, officié sur celui de sa petite pouliche... en l'optimisant !

Redoutable d'efficacité, le système de combo, à base de coups de poings et de coups de pieds, sort tout seul mais toute l'astuce du gameplay réside dans l'esquive : envoyée au bon moment, "Bayonetta" aura alors la possibilité d'enclencher un ralentissement de l'action, démultipliant ainsi la portée de ses coups de tatanes !

Dans le feu de la castagne, et au milieu d'une foule d'ennemis gigantesques aux designs très réussis, une étude minutieuse des patterns d'attaques ennemies vous permettra de placer la bonne esquive, au bon moment : en cas de réussite, le résultat est jubilatoire et vous permettra souvent de balancer une super attaque voire un super-finish punitif !
Sur ce point, les développeurs de Platinum Games n'y sont pas allés par quatre chemin : coups de talons aiguilles dans le fondement, guillotine géante, démon griffu gigantesque, fessées (!!)... Toutes les fantaisies sont bonnes pour mettre la puissance de la sorcière à l'honneur ! La découverte de ces super finish est toujours extatique et la parfaite mise en scène fait honneur aux développeurs. Des QTE grandiloquents servent souvent à goupiller un final explosif, mais gare au matraquage intensif et au malmenage des joy-cons de la Switch...

A ce propos, les jeux sont techniquement identiques aux versions WiiU et s'avèrent sublimes à regarder en mode nomade. Il se pourrait même que le second opus soit d'emblée un des softs les plus beaux et les plus fluides de la Switch (ah ! Les derniers niveaux de lave !)...
Si Bayonetta 2 explose les rétines, le 1er épisode, un peu plus daté mais moins aliasé, reste convaincant même s'il demeure dans sa globalité moins bon que sa suite:même gameplay mais, à mi-parcours, l'ensemble du jeu doit être revisité sous un prétexte fallacieux, à l'identique, si ce n'est un léger filtre coloré ! Un magnifique foutage de gueule censé doubler inutilement la durée de vie du titre, heureusement absent du deuxième épisode : ici, point de redite ; de la découverte et de nouvelles situations en permanence sur une bonne douzaine d'heures, le tout avec des boss toujours plus fous et des décors somptueux qui explosent dans tous les sens! Sachez juste que certains niveaux ne sont consacrés qu'à un seul boss ou très vite traversés : l'accent est donc clairement mis sur la baston et bien moins sur l'exploration. Dommage également que l'histoire soit complètement idiote et impossible à suivre la pluspart du temps, en dépit de protagonistes hauts en couleurs (mention spéciale à Enzo et Rodin!).

Côté bonus, on notera une sympathique compatibilité amiibo, offrant plus rapidement des costumes à la sorcière tout droit sortis de l'écurie Nintendo : Star Fox, Link, Peach... De plus, chaque amiibo apportera son lot de « halos », la monnaie locale : parfait pour s'offrir tous les combos ou armes chez le marchand du coin . Et ce ne sera pas un luxe, certains articles étant très chers.
Moins cosmétique et plus conviviale, la possibilité est offerte également de partager la baston à deux joueurs, en mode local ou en ligne... Il faut dire que la Switch se prête parfaitement à un partage impromptu de manettes !

Quoi qu'il en soit, le combo "Bayonetta 1+2" est une réussite incroyable sur la Nintendo Switch : jubilatoires et audacieux, ces Beat'em all ont gagné leurs lettres de noblesse auprès de la critique internationale depuis longtemps. Seuls les joueurs, jusqu'à présent assez peu nombreux à en avoir profité au vu de l'exclusivité WiiU du deuxième épisode, pourront désormais découvrir un chef d'oeuvre incroyable et euphorisant. Que vous soyez fétichistes de chignons et de talons aiguilles ou amateurs de ramponneaux et de coups de pieds sautés, Bayonetta 1+2 est un jeu à ne surtout pas louper ! Sinon, gare à la punition de la sorcière, uh uh uh...
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ LE MEILLEUR DES PLANS CUL(TES) PARTOUT ET TOUT LE TEMPS !

+ UNE ACTION DE FOLIE QUI ENVOIE DU BOIS !

+ LA SOUPLESSE DE BAYONETTA ;)
- UN PREMIER ÉPISODE EN DEÇA D'UN SECOND OPUS EXPLOSIF

- ATTENTION AUX BOUTONS DE LA MANETTE !

- TRÈS PEU DE NOUVEAUTÉS POUR LES VÉTÉRANS...

- L'EXPLORATION EN RETRAIT
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire