Test jeu vidéo
Publié le 08/03/2018 à 12h15 par Pikminouchon
Radiant Historia : Perfect Chronology
8 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

RPG

Oyez ! Oyez ! Voici l'histoire d'un jeu méconnu, sorti en 2010 sur une Nintendo DS en fin de vie et revenu d'entres les morts en ce pluvieux mois de février 2018. Jusqu'alors réservé aux fans acharnés d'Atlus et férus d'importation de jeux US, Radiant Historia Perfect Chronology est donc le remake 3DS d'un excellent J-RPG, amélioré sur bien des points pour cette nouvelle édition : en somme, le retour d'un grand jeu sur une mini console...

Historia nous raconte l'épopée d'un soldat, prénommé Stocke, qui obtient le pouvoir de voyager dans le temps avec toutes les conséquences que cela implique...
Il s'agira bien sûr ici de sauver le monde en s'appuyant sur une timeline aux multiples embranchements et aux intersections décisives : ces dernières pourront être revisitées par Stocke et modifiées, si nécessaires, pour le meilleur déroulement de l'histoire possible. Les choix binaires devront sans cesse être tranchés par le joueur, souvent dans la douleur...

Si l'expérience façon "Un jour sans fin" d'Harold Ramis est plaisante (la perception des événements par Stocke s'affinant peu à peu en fonction de l'angle d'approche choisi), il faut reconnaître qu'un premier écueil de répétitivité frappera soudain le joueur.
Certes, la narration sera de plus en plus riche, mais les textes à lire toujours plus nombreux et les cut-scenes redondantes.
Et il ne s'agira pas de relire encore et encore des textes déjà parcourus :à chaque retour en arrière, il faudra aussi re-combattre tous les ennemis déjà battus...
Les RPG peuvent parfois être rébarbatifs dans leur structure et Historia n'échappe pas à la règle malgré quelques aménagements (les textes peuvent être accélérés voire zappés...).
Fort heureusement, le système de combat, dans le plus pur style nippon, reste efficace et se voit même simplifié grâce au "friendly  mode" ajouté dans cette version 2018 : ainsi, à votre discrétion, une simple attaque préventive pourra vous éviter tout un combat laborieux, sans pour autant rogner sur l'expérience ou l'argent amassé. A contrario, vous pouvez décider de mener n'importe quelle bataille "à l'ancienne" si le c½ur vous en dit...

Cette faculté du "friendly mode" permet donc de se concentrer sur la seule histoire (même si certains combats clés devront, de toute façon, être menés) ou de vivre pleinement l'aventure telle qu'elle était vécue par le joueur DS en 2010.
Il n'abandonne pas non plus pour autant les éléments RPG du jeu (et n'épargnera pas quelques séances régulières de farming ou leveling...) : ce mode permet simplement au joueur de se concentrer sur le récit et son approfondissement, sans passer par de constantes distractions chronophages...

Car l'épopée de Stocke est réellement le c½ur du jeu : passionante, la timeline principale est complétée par une timeline alternative, aux ramifications multiples, sources de nombreuses quêtes annexes.
Il y a vraiment de quoi faire si vous souhaitez explorer le jeu d'Atlus en profondeur, les allers-retours dans le temps sont permanents et demanderont au joueur de s'impliquer et d'être attentif. Au risque de perdre les moins assidus en cours de route...
Dommage, en effet, que ce remake n'ait pas bénéficié d'une traduction française : la localisation anglaise version 2018 est certes plus accessible qu'en 2010 (l'anglais est moins ampoulé que dans la version originale, bien plus littéraire), mais la quantité de détails et de subtilités rend l’approche fort délicate pour les anglophobes. En bref, pour profiter de cette aventure temporelle, un très bon niveau d'anglais est requis (contrairement à ce que préconise le packaging...).

Et pour prolonger une durée de vie déjà énorme, deux bonus se sont invités à la fête offrant des heures de gameplay à la clé: un donjon optionnel bien sûr ("the Vault of Time") et le segment du "Dunamis", permettant au héros de revisiter carrément, de façon alternative, des portions entières adjacentes à l'histoire principale.
Vous n'avez pas fini de faire des sauts dans le temps, le concept du jeu est usé jusqu'à la corde pour le plus grand plaisir du fan avide de rebondissements scénaristiques !

Arrivant en fin de carrière de son support, à l'instar de son ancêtre de 2010, "Radiant Historia Perfect Chronology" est donc un RPG classique, foisonnant, aux textes et aux combats innombrables.
Servi par une réalisation correcte se basant sur son illustre prédécesseur qu'il dépoussière gentiment, les programmeurs d'Atlus ont mis l'emphase sur la narration, encore plus aboutie qu'auparavant...
Le système de combat a été conservé, les menus se sont embellis tout comme les illustrations très nombreuses (le chara-design est toujours aussi percutant)... Surtout, et loin d'être un mode beginner au rabais, l'excellent "friendly mode" permet de se concentrer sur le meilleur aspect du jeu sans rogner sur quelques battles bien senties.
Peaufiné et ciselé, ce crû 2018 de Radiant Historia passionnera surtout les anglophones avertis, férus de J-RPG de qualité : sans aucun doute, le jeu nomade de ce début d'année, dans sa catégorie.
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ UNE HISTOIRE FOISONNANTE...

+ … SERVIE À LA SAUCE TEMPORELLE.

+ LE FRIENDLY MODE AU TOP !

+ PLUS ACCESSIBLE QUE LA VERSION ORIGINALE

+ UN CLASSIQUE MÉCONNU À (RE)DÉCOUVRIR
- L'ANGLAIS PEUT REBUTER

- TRÈS CHRONOPHAGE COMME TOUT BON RPG

- ASSIDUITÉ EXIGÉE !

- LA RÉALISATION UN PEU DATÉE QUAND MÊME
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire