Test jeu vidéo
Publié le 05/10/2018 à 19h27 par Pikminouchon
Shenmue I & II
8 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

AVENTURE

ENFIN ! Pour célèbrer l'arrivée prochaine du 3ème épisode (Kickstarté avec panache), SEGA prépare le terrain en compilant les 2 premiers épisodes de Shenmue, la saga culte (et maudite !) initialement sortie sur sa défunte Dreamcast.

Pour les ignares, Shenmue n'est autre que le père de tous les jeux bacs à sable : en gros, la série des GTA ou Red Dead Redemption leur doivent tout ! Avec 20 ans d'avance, et en dépit des contraintes techniques de l'époque, l'incontournable Yu Suzuki, chef de file du studio AM2 de SEGA, parvenait à raconter une histoire et à immerger le joueur dans le Japon de 1986. Budget illimité, tournant technologique imparrable, saga devant s'étaler sur plusieurs jeux, Shenmue voyait l'apogée de SEGA mais aussi sa chute : un pan entier de l'histoire vidéo-ludique est à savourer avec ces rééditions HD...

Vous êtes Ryo Hazuki, un ado japonais taciturne et solitaire, fils du grand maître Hazuki qui l'élève seul dans le dojo familial. Un soir où la neige tombait étrangement à gros flocons, un individu énigmatique et surpuissant, Lan Di, tue votre père sous vos yeux à défaut d'obtenir un miroir magique... Cet artéfact mystérieux était caché dans la propriété familiale et attise visiblement toutes les convoitises : après avoir fait son deuil (et son enquête), Ryo part donc à la poursuite de Lan Di et sa quête de vengeance va l'emmener bien au-delà de l'archipel nippon : à Hong-Kong puis en Chine continentale. The saga begins...

Ce disque contient donc les deux aventures de Ryo, la première se déroulant dans le petit bled portuaire du héros (Yokozuka), et la seconde en Chine.
Ce qui frappe de prime abord, c'est très certainement le rythme contemplatif du premier épisode : Ryo est un gamin solitaire, il a peu d'amis, ne fait pas confiance facilement et il doit néanmoins remonter la piste de Lan Di... Pour faire simple, ne vous attendez surtout pas à la cadence échevelée d'un titre de Rockstar ! Shenmue est mou...mais a du charme !
Toute l'aventure est entièrement parlée (et sous titrée en français, youpi !) et les dialogues sont au c½ur de l'intrigue. Il vous faudra constamment confronter les avis des uns et des autres pour obtenir les informations cruciales et retrouver l'assassin de votre père. Vous pourrez zapper, n'importe quand, de la langue japonaise à la langue anglaise : encore heureux, étant donné que le doubleur US de Ryo est lymphatique et monocorde au possible...

Entre deux recoupements d'informations (et deux achats de Gashapons), Ryo se frittera avec la racaille locale (souvent américaine et avinée...) avant de tâter du mafieux chinois, le tout dans le plus pur style "Virtua Fighter", dans des combats en temps réels qui inspireront la série Yakuza quelques années plus tard...

Sachez que chaque personne rencontrée dans l'aventure est unique, son emploi du temps aussi (vous pouvez stalker n'importe quel pékin....). Les journées passent, les saisons aussi... La météo varie également. Cela paraît sans aucun doute anodin, mais tous les petits détails de la vie quotidienne étaient alors le plus fidèlement possible reproduits et cette expérience à elle seule valait son pesant de sushis. A l'époque, SEGA communiquait carrément sur ces features qualifiées de "Magic Weather"... Il fallait bien rivaliser avec le bidon "Emotion engine" de Sony pour sa PS2 !
De même, vous pouvez rentrer dans les combinis, manipuler tout un tas d'objets, éteindre la lumière, boire une canette au distributeur de boissons du coin : complètement inutile mais indispensable car inédit à l'époque.

Sur le plan du gameplay, Shenmue 1er du nom inventait tout également, à tel point que ses innovations perdurent encore aujourd'hui : les QTE, les minis jeux dans le jeu (Hang-On, Out Run, After burner, tous entièrement jouables dans les salles d'arcade en versions complètes...), les réponses à choix multiples qui modifient l'approche dans l'histoire... Comment ça, comme dans Yakuza ?!

Sorti quelques mois seulement après le premier épisode (mais développé en parallèle avec le même pharaonique budget!), Shenmue 2 est pourtant bien plus abouti que le premier opus : son rythme est d'abord plus enlevé, le terrain de jeu hong-kongais bien plus vaste, les personnages principaux plus nombreux, l'architecture des environnements plus complexes , etc... C'est simple : le numéro 2 surpasse en tous points le premier épisode qui apparaît dès lors comme un prototype mal qualibré en dépit d'une mise en place tout en finesse. Sans doute la marque d'un véritable orfèvre, Yu Suzuki ayant eu à l'époque le luxe (et la carte blanche) pour mettre le joueur dans le bain pendant un seul jeu, avant de passer aux choses sérieuses avec sa suite...

Techniquement, les 2 titres sont quasi identiques et ce qui paraissait extraordinaire à l'époque, semble désormais plus rudimentaire, la 3D des années 2000 supportant assez mal les affres du temps. Il n'empêche : la direction artistique, le soucis du détail, la variété des textures, tout concourt à rendre l'aventure exaltante et envoutante, même 20 ans après ! On oubliera rapidement les quelques saccades ou ralentissements dans l'animation quand trop de personnages sont simultanément affichés à l'écran. Le charme de l'ancien, dirons-nous...

Pour info, l'interface de ce cru HD de Shenmue a été revue et améliorée, l'image peut être étirée (les cinématiques restent en 4/3), des petits filtres graphiques peuvent être activés pour éviter la bouillie de pixels dans les textures finalement très simples. La saga Shenmue aurait mérité une refonte totale, mais SEGA a visiblement serré la ceinture, concernant un jeu qui lui a déjà couté tellement d'argent...
Quoi qu'il en soit, cette compilation doit être envisagée comme la façon la plus simple de rejouer aujourd'hui à ces deux grands classiques, dans les conditions de l'époque (Ryo a toujours un balais dans les fesses et sa jouabilité manque clairement de souplesse en 2018...).

Finalement, que reste-t-il de Shenmue aujourd'hui, au delà de son titre de "jeu culte et maudit" (il a entraîné la quasi-faillite de SEGA, le forçant à abandonner le secteur Hardware...) ?
Tout d'abord, des personnages hauts en couleurs et, surtout, une bonne histoire. Sans doute parce qu'il inventait un style de jeu à lui tout seul et qu'il était un précurseur visionnaire et audacieux, Shenmue a marqué une génération de joueur et son aura a clairement dépassé les simples sphères des SEGA fans.
Certes, le jeu n'évite pas les gros poncifs lourdingues (la place secondaire des femmes dans la société nippone, la défiance des japonais vis à vis des chinois, le clodo du coin qui s'avère être un maître en art martial, etc...) et les aberrations sont nombreuses (Ryo toujours fringué pareil avec son look Uniqlo du pauvre, la séquence de transition entre Shenmue 1 et 2 sur le bâteau tout simplement zappée...).
Mais le travail d'écriture reste si colossal, les apports à l'industrie si impactants, qu'il serait dommage, voire criminel, de ne pas se (re)plonger dans cette série. D'autant que la suite tant attendue est promise pour très bientôt.
Merci SEGA !
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ ENFIN !

+ LA PIERRE DE ROSETTE DE TOUS LES BACS À SABLE, EN FRANÇAIS !

+ UNE PAGE D'HISTOIRE VIDÉO-LUDIQUE.

+ UN VRAI JEU D'AUTEUR QUI PREND TOUT SON TEMPS....

+ DOUBLAGES EN ANGLAIS ET EN JAPONAIS
- SIMPLE PORTAGE HD...

- …DE TITRES QUI ONT FORCÉMENT VIEILLI, TECHNIQUEMENT.

- DES CLICHÉS À GOGO

- LES PROBLÈMES DE RYTHME DU 1ER ÉPISODE

- PORTAGE TRÈS PARESSEUX, MAIS VERSIONS AUTHENTIQUES.

- LE DOUBLAGE ANGLAIS DE RYO, CULTE ET RISIBLE ("I SEE...")
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire