Critique film
Publié le 05/10/2018 à 19h19 par Kévin Aubin
22 Miles
8 /10

Un officier d’élite du renseignement américain tente d’exfiltrer un policier qui détient des informations compromettantes. Ils vont être traqués par une armée d’assassins tout au long des 22 miles les séparant de l’avion qui leur permettra de quitter le pays.

Peter Berg est un touche-à-tout en étant à la fois acteur, réalisateur, scénariste, producteur. Ayant très tôt la possibilité de travailler à la fois au cinéma et à la télévision, il multiplie les petits rôles. Aussi à l'aise devant que derrière la caméra, il écrit et réalise en 1994 plusieurs épisodes de la série Chicago Hope avant de mettre en scène son premier long métrage, la comédie noire Very bad things. En 2004, Peter Berg signe le premier grand succès de sa carrière : Friday Night Lights. S'il continue à jouer les acteurs durant les années 2000, il évolue vers des choix artistiques plus engagés dans ses réalisations et devient une valeur sûre d'Hollywood. Ils signent en l'espace de quelques temps trois films mettant en scène Mark Wahlberg avec Du Sang et des larmes, Deepwater et Traque à Boston.

En 2018, il revient avec 22 Miles et retrouve pour la quatrième fois Wahlberg. Le réalisateur habitué des thriller d'action signe une nouvelle fois un film choc et sans concession dont lui seul a le secret. Caméras aux poings, il embarque ses spectateurs dans 1h30 de pur divertissement mené à un rythme effréné. Assignant un rythme très soutenu, le film ne laisse pas le temps aux spectateurs de se reposer et c'est sans temps mort que l'histoire se déroule avec des rebondissements en cascade. Aucun répit n'est donc permis aussi bien pour les yeux que pour les oreilles. Si sur le papier le scénario est simple, il se révèle hautement captivant et ingénieux jusqu'à un retournement de situation inattendu. Et que dire des scènes d'action superbement orchestrées qui déménagent et envoient du très lourd. L'ensemble du film est rondement mené même si parfois il est difficile à suivre notamment par une cadence rythmique ininterrompue et des séquences d'action pas toujours très lisibles. On sent comme toujours une volonté du réalisateur de viser l'authenticité pour une immersion totale des spectateurs. Le spectacle est garanti et les fans du genre y trouveront assurément leur compte.

Peter Berg manie la caméra comme personne et là encore il fait forte impression. La mise en scène est nerveuse, les décors sont bien étudiés et de bonne facture, la photographie avec ses lumières naturelles permet aux spectateurs d'être au c½ur du métrage et la bande-son profile des sons bourrins qui collent parfaitement au film. Une réalisation maîtrisée tout du long comme on aime en voir.

Mark Wahlberg collabore pour la quatrième fois avec le réalisateur et le moins que l'on puisse dire est qu'il est en dans son élément. Comme toujours l'acteur s'implique à fond dans son personnage et embarque le spectateur avec lui pour ne plus le lâcher. Iko Uwais, acteur indonésien remarqué dans The Raid 1&2, trouve ici dans son premier grand rôle dans un film américain et il fait forte impression. Jouant de ses poings à merveille, il n'a rien à envier aux acteurs asiatiques spécialistes des art martiaux. Un rôle à sa mesure qui on l'espère le catapultera dans d'autres films américains de ce genre. Lauren Cohan, connue pour son rôle de Maggie Greene dans The Walking Dead, est l'atout féminin du film. Elle campe une femme prête à en découdre avec les méchants qu'elle joue efficacement. Les seconds rôles sont également bons notamment John Malkovich que l'on prend plaisir à retrouver.

Pour sa nouvelle réalisation, Peter Berg fait ce qu'il sait faire et nous propose un divertissement de tous les instants mené tambour battant. Haletant, violent et san concession, un film d'une redoutable efficacité porté par un casting au top de la forme.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire