Critique film
Publié le 30/03/2018 à 12h29 par Kévin Aubin
3 Billboards, Les Panneaux de la Vengeance
10 /10

Après des mois sans que l'enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l'entrée de leur ville.

Martin McDonagh quitte l'école dès 16 ans pour se consacrer à ses passions : lire, écrire et voir des films. Pendant plusieurs années, le jeune homme effectue plusieurs petits boulots tout en écrivant des histoires. Il se dirige vers le théâtre et se fait remarquer dans ce milieu. Il écrit de nombreuses pièces plébiscitées et récompensées. Désirant passer derrière la caméra, Martin McDonagh commence par écrire et réalise en 2005 un court métrage, Six Shooter, qui remporte l'Oscar du meilleur court-métrage de fiction. Fort de ce premier essai concluant, il passe en 2008 au long métrage avec Bons Baisers de Bruges qui séduit la critique. Quatre ans plus tard, il revient avec un second long, 7 Psychopathes, qui malgré son casting quatre étoiles déçoit.

En 2018, il signe 3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance, mélangeant comme pour ses précédents films violence et humour noir. D'emblée, le réalisateur nous plonge dans l'histoire de Mildred Hayes, femme éculée par la vie bien décidée à se venger de la mort de sa fille non élucidée. Mais attention par une vengeance par les armes mais plutôt un combat psychologique, moral envers les potentiels responsables, envers les habitants de sa ville de résidence. Le spectateur n'a d'yeux que pour cette mère courage que rien n'arrête. On se prend d'affection pour elle et on vit avec elle ce périple à l'issue incertaine. Tel un western moderne, cette femme s'en va en guerre contre l'injustice. Une histoire très bien écrite et qui nous maintient en haleine tout du long. Un huis clos à ciel ouvert où les dialogues sont légions avec des joutes verbales savoureuses et des scènes remarquables qui s'inscrivent tout en simplicité. Et c'est la toute la qualité de ce film, aborder un sujet difficile sans esbroufe et se concentrer sur l'essentiel. En tant que spectateur, on passe par tous les stades émotionnels, le film jouant habilement sur le mélange des tonalités. L'humour noir est omniprésent, la violence sociale est parfaitement dépeinte, les quelques fulgurances de violence pures ne sont jamais gratuites et l'équilibre où le tragique se mêle à la comédie est saisissant. Jouant habilement avec ses personnages, un film aux faux airs "Coeniens" marquant et bluffant de réalisme dont on ne peut passer à côté.

Surtout que Martin McDonagh assure avec une réalisation menée avec maestria. La mise en scène révèle des personnages plus complexes qu'il n'y paraissent avec un certain classicisme assumé et nécessaire, les décors réduits à une petite ville montagnarde de l'ouest de la Caroline du Nord sont très bien pensés en immergent le spectateur dans l'Amérique profonde, la photographie à la lumière naturelle donne le ton et rend vérace un propos lourd de sens et la bande-son entre mélodies countries et mélodies lancinantes installent une atmosphère à la fois détendue et pesante. Du grand art !

L'atout majeur du film reste bien évidemment son casting. Tous les acteurs profitent d'un personnage très bien écrit dans le sens où chacun à son importance même mineure. En tête, on retrouve la trop rare Frances McDormand qui crève l'écran. Un rôle sur-mesure pour une actrice au sommet de son art qui s'investit pleinement en toute simplicité. Juste, hypnotisante et menant le film tout de son long, elle n'a pas voler sa récompense de Meilleure actrice dans un drame aux Golden Globes 2018. On retrouve également Woody Harrelson toujours aussi captivant à regarder quelque soit le rôle qu'il compose. Mais la révélation du film est Sam Rockwell qui offre une prestation remarquable. Habitué des seconds rôles, ils volent parfois la vedette à l'actrice principale et lui aussi n'a pas voler le prix du Meilleur acteur dans un second rôle aux derniers Golden Globes. Et n'oublions pas tous les autres acteurs qui jouent incroyablement bien.

Pour sa nouvelle réalisation, Martin McDonagh signe une œuvre réussite dans le genre de la comédie dramatique. Une histoire captivante de bout en bout fait de ce film un moment mémorable. Et que dire des acteurs incroyables dans leur rôle respectif, Frances McDormand délivrant une performance ahurissante. A ne manquer sous aucun prétexte.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire