Critique film
Publié le 09/08/2017 à 12h33 par Kévin Aubin
A Bras Ouverts
7 /10

Figure de la scène littéraire et médiatique française, Jean-Etienne Fougerole est un intellectuel humaniste marié à une riche héritière déconnectée des réalités. Alors que Fougerole fait la promotion dans un débat télévisé de son nouveau roman "A bras ouverts", invitant les plus aisés à accueillir chez eux les personnes dans le besoin, son opposant le met au défi d'appliquer ce qu'il préconise dans son ouvrage. Coincé et piqué au vif, Fougerole prend au mot son adversaire et accepte le challenge pour ne pas perdre la face. Mais dès le soir-même, on sonne à la porte de sa somptueuse maison de Marnes-la-coquette… Les convictions des Fougerole vont être mises à rude épreuve !

Philippe de Chauveron débute au cinéma en tant que scénariste et signe de nombreux scénarios de longs-métrages. Il passe à la réalisation en de son premier long en 1999 avec une comédie faite pour un large public. La comédie lui réussi bien puisqu'il en fera son genre de prédilection pour ses futurs longs-métrages. Il adapte notamment la BD L'élève Ducobu au cinéma. En 2014, il réalise la comédie française de cette année avec "Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?", véritable succès au box-office.

Pour sa nouvelle réalisation, Philippe de Chauveron signe à nouveau une comédie centrée cette fois-ci sur une famille de roms s'invitant chez un brillant et populaire intellectuel de gauche. Le postulat de départ est une caricature de la présence des roms en France et de ce que pensent les plus favorisés de cette situation. Une histoire où tout n'est que prétexte à pléthore de clichés et où rien n'est pris au sérieux. Le réalisateur a bien compris qu'il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre et que l'humour est le remède à tous les maux. C'est pourquoi tout le monde ne sera pas réceptif à cet humour et cette critique acerbe et pas finaude de notre société. Ce n'est ni fin ni délicat mais brut de décoffrage aussi bien dans les situations comiques qui peuvent paraître incongrues et où chaque personnage n'est qu'une parodie de lui-même. Mais qu'importe, le spectateur finit par prendre part à cette comédie où l'on sourit aussi bien que l'on rit et ce n'est pas déplaisant.

Le réalisateur joue énormément avec ses personnages qu'il met en scène dans des situations certes parfois déjà-vues mais efficaces. L'immense bâtisse sert de décor principal et reflète bien le déséquilibre observé entre les roms et les bobos parisiens. La bande originale est elle aussi bien pensée et s'inscrit très bien dans la continuité de l'histoire. La réalisation est en somme toute classique et sans prise de risque mais pour ce genre de film ça passe très bien.

Pour mener son film à bien, le réalisateur convie deux acteurs en tête d'affiche avec lesquels il a déjà travaillé. On retrouve en bobo parisien celui que l'on ne présente plus en tant qu'acteur comique à savoir Christian Clavier. Pour camper le patriarche des roms, on retrouve l'acteur comique Ary Abittan. Les deux acteurs forment un duo comique exaltant où chacun s'en donne à c½ur joie pour le plus grand plaisir des spectateurs. Ils sont caricaturales à souhait et en font des tonnes mais ici ça fonctionne à merveille. N'oublions pas l'actrice Elsa Zylberstein qui arrive, malgré la forte présence des deux hommes, à tirer son épingle du jeu.

Loin de la catastrophe annoncée et de l'acharnement des critiques, la nouvelle comédie de Philippe de Chauveron est plus que correcte et se regarde sans déplaisir. Pour qui est réceptif à cet humour et à cette histoire qui ne se prend jamais au sérieux alors le divertissement est garanti.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire