Critique film
Publié le 03/07/2015 à 14h21 par Fred
American Mary
7,5 /10

Cherchant à se faire un peu d'argent pour payer ses études de médecine, la jeune Mary est engagée dans une boîte de massage, mais ce sont plutôt ses talents de chirurgienne qui attirent l'attention de son employeur. Elle accepte d'abord de soigner un homme torturé par les gros bras du salon, avant d'opérer quelques freaks qui cherchent les sensations extrêmes en modifiant leurs corps. Un pacte de sang qui va l'entrainer dans une spirale de violence de plus en plus extrême et insupportable.

Après "Dead Hooker in a Trunk", le second long métrage des S½urs Soska, "American Mary" va plonger le spectateur dans l'univers parallèle des freaks et des adeptes de la modification corporelle.
L'actrice de "Ginger Snaps" interprète cette fois, Mary, une étudiante en chirurgie, plutôt douée, en proie aux difficultés financières. Poussé par un de ses professeurs à toujours aller le plus loin possible pour obtenir ce qu'elle veut, Elle décide de se lancer dans le strip-tease pour pouvoir subvenir à ses besoins et payer ses études. L'audition avec Billy Barker (Antonio Cupo), le responsable du club , ne va se passer comme prévu et les débuts de Mary dans le monde de la nuit va prendre une tournure bien différente de ce qu'elle avait imaginée. Billy va lui proposer de réaliser une opération clandestine afin de rafistoler un homme de mains dans un sale état.
Suite à cette intervention un peu particulière, la future chirurgienne sera contactée par une Betty Boop tout droit sorti d'un freak show afin de lui commander un acte de chirurgie plastique extrême. La transformation d'une de ces amies en poupée asexuée. Ainsi va naître la réputation de Mary dans un univers sombre et parallèle qui lui était jusqu'alors inconnu.
Pourtant la plongée définitive dans le milieu underground des bods-mods et autres freaks ne se fera pas par l'argent facile et l’adrénaline procurer par les demandes extravagantes qui parviennent à la jeune étudiante mais sera déclenchée par l’intelligentsia de la médecine. Celle-si, sous des aspects de notables et hommes d’études respectables, cache en réalité des monstres bien plus pervers que les êtres aux corps transformés que l'ex-étudiante va rencontrer dans ce nouveau monde interlope.
Abandonnant définitivement ses études, Mary va plonger dans le monde parallèle de la modification corporelle extrême jusqu’à en devenir la star absolue.
La force du film des jumelles Soska réside, non seulement, dans le mélange des genres entre  "rape & revenge", "torture porn" et pur film d'horreur mais aussi dans la distanciation des normes.
Épanouie et ayant gagnée une totale confiance en elle, la jeune femme devient un personnage trouble dont la beauté naturelle, mise en valeur par le travail des réalisatrices, contraste avec le physique de ses patients. Chacun d'eux cherchant à transcender leur véritable personnalité par la métamorphose plus ou moins absolu de leur apparence.
Grâce a une interprétation juste, Katharine Isabelle réussit a créer de l'empathie pour un personnage sombre et violent dont la beauté vénéneuse cache les traits d'un véritable monstre sadique. Brisé par les outrages subis, Mary va mettre en place une vengeance qui n'aura pas de fin.

Jen et Sylvia Soska livre une ½uvre singulière à la fois fascinante et effrayante. Une réussite visuelle et formelle qui transforme ce film de genre en conte étrange et bizarre habité par la prestation sans faille de Katharine Isabelle.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire