Critique film
Publié le 07/06/2018 à 11h51 par Kévin Aubin
Amoureux de ma Femme
5 /10

Daniel est très amoureux de sa femme, mais il a beaucoup d'imagination et un meilleur ami parfois encombrant. Lorsque celui-ci insiste pour un diner "entre couples" afin de lui présenter sa toute nouvelle, et très belle, amie, Daniel se retrouve coincé entre son épouse qui le connaît par c½ur et des rêves qui le surprennent lui-même.

Daniel Auteuil se passionne très tôt pour le théâtre et à ses débuts, il enchaîne les petits rôles de voyou dans les films. L'acteur accède à la popularité grâce à des comédies à succès du début des années 80. Mais ce n'est qu'en 1986, dans Jean de Florette, que Daniel Auteuil obtient la reconnaissance de ses pairs et décroche le César du Meilleur acteur. Il est dès lors sollicité par les cinéastes les plus prestigieux et enchaîne les rôles au cinéma, et ce, dans différents registres. En 2011, il se lance dans la réalisation avec La Fille du puisatier remake du film de Marcel Pagnol. Grand admirateur de l'oeuvre de ce dernier, il continue à la revisiter devant et derrière la caméra et décide de se frotter à sa célèbre trilogie marseillaise.

En 2018, il adapte la pièce L'Envers du décor de Florian Zeller, avec Amoureux de ma femme. Porter une pièce de théâtre à l'écran n'est jamais chose aisée et Daniel Auteuil en fait malheureusement les frais avec sa nouvelle réalisation. On sent que le film a pour matériau d'origine une pièce de théâtre et le réalisateur n'arrive pas à s'en extirper. L'histoire du film tourne vite en rond voire ne sait pas quoi raconter pour capter l'attention du spectateur tout du long. Daniel Auteuil essaye tant bien que mal de sortir du huis clos avec des rêveries plus ou moins convaincantes. Là où le bât blesse est que le réel se confond trop à l'imaginaire de Daniel et finit par perdre le spectateur. Résultat, le rythme devient soutenu dans sa narration mais la compréhension en devient inutilement alambiquée. Le spectateur ne sait plus sur quel pied danser et finit par lâcher prise voire s'ennuyer. C'est dommage qu'un petit vaudeville au capital sympathie évident sombre à ce point dans la platitude et enchaîne les situations sans saveur et des dialogues pas toujours très inspirés. Surtout que le quatuor de personnages avait tout pour convaincre. Un film qui ne capitalise pas sur sa bonne idée de départ et qui devient vite répétitif sans vraiment savoir où il va. Reste quelques rebondissements plaisants mais cela ne suffit pas à relever l'ensemble.

La réalisation de Daniel Auteuil est somme toute classique. La mise en scène est répétitive, les décors sont de bonne facture, la photographie est bien pâle et terne et la bande-son est plutôt plaisante à l'oreille. Le réalisateur nous a habitués à beaucoup mieux avec ses précédentes réalisations.

Daniel Auteuil se met également en scène et retrouve son rôle joué dans la pièce. L'acteur fait ce qu'il sait faire sans prendre de risque et on aurait aimé le voir plus impliqué. Il convie le grand Gérard Depardieu mais malheureusement son talent n'est pas exploité à son juste niveau. Il en de même pour Sandrine Kiberlain qui trouve un rôle bien mièvre loin de ses rôles plus marquants. Daniel Auteuil ne capitalise jamais sur ses acteurs et leur offre des rôles sous-exploités. Mention spéciale à Adriana Ugarte, révélée au grand public par Julieta de Pedro Almodovar, qui de par sa beauté naturelle apporte la petite touche féminine et lumineuse au film.

Pour sa nouvelle réalisation, Daniel Auteuil rate son coup et signe une comédie plate et sans grand intérêt. L'idée de départ était louable mais n'est jamais bien exploitée. Même le casting n'arrive pas à sauver le film du naufrage. Aussitôt vu, aussitôt oublié. Dommage.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire