Critique film
Publié le 26/04/2018 à 16h53 par Floriane
Avengers : Infinity War
7 /10

Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos avant que son attaque éclair ne conduise à la destruction complète de l’univers.

Après des années de mise en place étalée sur dix-neuf films, voici enfin la conclusion des dix ans du MCU. Aussi attendu que redouté, "Avengers : Infinity War" est LE film fantasmé aussi bien par les geeks hardcores que les spectateurs cinéma. Point d'orgue du combat débuté avec Avengers (2012) et la première apparition de Thanos et des fameuses pierres d'infinités, le film événement tient-il ses promesses ?

On retrouve Iron Man (Robert Downey Jr.) et toute la bande deux ans après les événements de "Civil War". L'équipe dissoute se réunit sous la menace du chaos qu'annonce l'arrivée de Thanos. Divisé en trois arcs géographiques différents, le scénario arrive à rendre clair cette réunion de personnalités iconiques. Le film est un véritable cocktail grandiose dans lequel les univers de chacun se rencontrent et où certaines associations de personnages s'avèrent aussi rafraichissantes qu'inattendues, comme le trio Thor (Chris Hensworth), Rocket Raccoon (Bradley Cooper) et Groot (Vin Diesel).

Bien que l'humour soit une fois de plus trop présent, "Avengers : Infinity War" étonne par son registre plus sombre (génocide, sacrifice). Annoncé depuis des mois par les réalisateurs, Anthony et Joe Russo, comme le film qui bouleversera le MCU à jamais, "Infinity War" n'hésite pas à emprunter des chemins plus tortueux pour ses personnages. Construit comme une course vers une catastrophe inévitable, le scénario écrit par Christopher Markus et Stephen McFeely montre des super-héros dépassés par l'ampleur des événements. L'héroïsme pur semble s'effacer au profit d'une dramaturgie (un peu) plus fouillée. Bien sûr, avec une vingtaine de personnages se partageant l'écran certains n'échappent pas au statut de figurant, comme la Veuve Noire (Scarlett Johansson) ou War Machine (Don Cheadle), mais d'autres gagnent en profondeur (la Sorcière Rouge, Vision).

Mais c'est du côté de son vilain que "Infinity War" frappe fort. Souvent critiqués pour être fades, les antagonistes ont (presque) toujours été le point faible du MCU. Avec Thanos (Josh Brolin), le Titan Fou, le MCU tient enfin son vilain ultime. En plus d'être techniquement impressionnant, Thanos a le droit à un vrai développement psychologique, le rendant plus profond et intéressant dans sa démarche. A noter qu'autour de lui gravite les aliens sadiques de l'Ordre noir au design léché et dont Carrie Coon ("The Leftovers") prête sa voix si reconnaissable à l'un des membres.

Il est dommage que pour transposer cette épopée à l'écran, Disney ait fait appel aux frères Russo. Déjà à l'œuvre sur "Captain America : Le soldat de l'hiver" et "Civil War", le duo fait le job, mais n'arrive pas à donner de l'ampleur aux affrontements frénétiques du film. Certaines scènes d'actions deviennent illisibles. Elles perdent alors toute leur puissance. Cependant, le duo semble s'améliorer car le film contient de vraies idées de mise en scène, comme cette dernière partie où le tumulte de la guerre laisse place au silence, laissant nos héros sans voix.

On ne dévoilera rien sur le destin tragique de certains personnages pour vous laisser la surprise de découvrir ces twists sur grand écran. Mais gardez à l'esprit que dans le monde des comics rien n'est définitif…

Véritable film best-of du MCU, "Avengers : Infinity War" n'en oublie pas ses enjeux dramatiques. Mêlant l'humain à l'épique, les Russo signent une épopée dantesque au rythme effréné plutôt maitrisée et surtout jouissif pour les spectateurs qui suivent ces personnages depuis maintenant dix ans.

Prochain rendez-vous avec l'équipe, le 24 avril 2019 pour "Avengers : Infinity War – Partie 2".

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire