Critique film
Publié le 16/03/2018 à 16h53 par Kévin Aubin
Blade Runner 2049
10 /10

En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies...

Denis Villeneuve débute sa carrière par la réalisation d'un court-métrage REW FFWD sur le thème du multiculturalisme. En 1998, il écrit et réalise son premier long-métrage Un 32 août sur Terre, présenté dans de nombreux festivals. Deux ans plus tard, son second long Maelström est lui aussi présenté dans de nombreux festivals et remporte de nombreux prix. S'en suit un nouveau court et deux nouveaux longs-métrages qui permettent à Villeneuve d'être reconnu au Québec et à l'étranger. En 2013, il signe sa première incursion dans le cinéma américain et dévoile son premier Thriller porté par deux grandes têtes d'affiche, Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman, avec Prisoners. Il poursuit sur cette lancée, et avec l'appui du public et des critiques, enchaîne avec Enemy et Sicario. En 2016, il s'essaye pour la première fois à la Science fiction avec Premier Contact racontant l'histoire de l'invasion de notre monde par les extraterrestres.

Voici qu'il revient à la SF avec Blade Runner 2049, suite du film devenue culte Blade Runner sorti en 1982. Autant le dire tout de suite, Blade Runner 2049 est une réussite et n'a rien à envier à son prédécesseur voire il le surpasse dans certains points. Ridley Scott nous avait offert il y a 35 ans sa vision de l'œuvre de Philip K. Dick, et c'est ce que fait Denis Villeneuve avec cette suite. En marchant dans les pas de l'œuvre originale, le réalisateur lui rend hommage à bien des égards en évitant la pâle copie. Le fait est que les studios ont eu la brillante idée de faire une promotion discrète du film, en ne dévoilant que très peu l'intrigue. Résultat, le spectateur a le mérite de voir le film dans les meilleures conditions qui soient et s'abandonnent à ce qui est aujourd'hui, une leçon de cinéma dans le genre de la science fiction. Évidemment, chacun fera sa propre interprétation de cette œuvre difficile à appréhender pour les non-initiés mais c'est justement cette difficulté d'accès qui rend le film si exceptionnel, culte à en devenir. Le film est assurément mieux construit scénaristiquement et propose une histoire intéressante à suivre, qui ne manque pas d'interroger notre condition humaine et le monde qui nous entoure. Une histoire profonde qui questionne les personnages du film telle une quête existentielle pour chacun. Le réalisateur traite de l'intime dans le grandiose avec un goût pour la contemplation et la lenteur assumé jusqu'au bout. Notons que quelques fulgurances viennent dynamiser l'ensemble du film mais ne virent jamais dans l'action pure et dure à proprement parlé. Le film est assurément mieux construit scénaristiquement et propose une histoire intéressante à suivre, qui ne manque pas d'interroger notre condition humaine et le monde qui nous entoure. Une histoire profonde qui questionne les personnages du film telle une quête existentielle pour chacun. Le réalisateur traite de l'intime dans le grandiose avec un goût pour la contemplation et la lenteur assumé jusqu'au bout. Notons que quelques fulgurances viennent dynamiser l'ensemble du film mais ne virent jamais dans l'action pure et dure à proprement parlé. Visuellement, le film emporte tout sur son passage et restitue à merveille un futur pas si loin de notre réalité ou du moins de ce qu'elle sera peut-être en 2049. Fascinant, hypnotisant, secouant nos émotions, et très appliqué parfois trop, cette œuvre visionnaire déconcerte au premier visionnage mais, comme Blade Runner, aura cette qualité de se bonifier à chaque autre visionnage.

Denis Villeneuve, et après son film de SF Premier Contact, est assurément le réalisateur qu'il fallait choisir pour un film de cette envergure. Respectueux de l'œuvre originale et du matériau d'origine ont il s'inspire, Villeneuve s'accorde à offrir l'anti-blockbuster par excellence. La mise en scène est fastueuse, les décors grandioses, la photographie à couper le souffle et la bande-son électrise de par ses sonorités chaque plan. Des superlatifs pour une réalisation à la perfection qui se voit à l'écran et dont on ne peut être que pantois devant un tel travail.

Ryan Gosling est l'Officier K que l'on va suivre dans son enquête qui fait évidemment écho à Harrison Ford dans la peau de Rick Deckard. Avec son jeu naturel, Ryan Gosling prend le temps de composer un personnage à la fois simple et complexe, qui se cherche et emporte le spectateur avec lui. On s'identifie et s'attache au personnage pour ne pas le quitter et vivre avec lui cette aventure humaine dont on ne ressort pas indemne. Face à lui, on découvre un Harrison Ford étonnement discret mais qui pourtant transparaît de par sa présence physique ou supposée tout le long du film. Son flegme naturel et le fait qu'il n'éclipse jamais son homologue, ici Ryan Gosling, est tout à son honneur et c'est juste beau à voir. En homme visionnaire désireux de changer la face du monde, Jared Leto est littéralement habité mais apporte peu au film dans son ensemble. Cependant, ces apparitions sont jouées à la perfection et sont légions. La plus grande surprise du film est d'offrir deux rôles en or à des actrices peu connues en France. Ana de Armas a l'occasion d'exprimer son vraie talent d'actrice et étonne par sa facilité de jeu. Sylvia Hoeks est la révélation du film et compose une femme à la fois servante et décideuse juste exceptionnelle. Un casting qui fait assurément la grande réussite du métrage.

Pour sa nouvelle réalisation, Denis Villeneuve prouve qu'il a tout compris de ce qu'est une suite à un film devenu culte pour bon nombre de personnes. Il impose sa vision du sujet et offre une expérience cinématographique sans pareille qu'il faut vivre au moins une fois, et qui plus est sur grand écran.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire