Critique film
Publié le 30/03/2018 à 12h18 par Ciné Vor
Cute Girl
6,5 /10

Wenwen est une jeune fille de bonne famille promise au fils d’un riche industriel parti faire ses études en France. En attendant son retour, les parents de Wenwen se préparent activement pour les fiançailles. Mais celle-ci commence à douter de la vie toute tracée qui l’attend, et décide de partir quelque temps à la campagne, auprès de sa tante. Elle fait alors la connaissance de Daigang, séduisant géomètre venu faire des mesures dans le village…

"Cute Girl", est le premier film du grand cinéaste taiwannais Hou Hsiao-Hsien. Sortie en 1980, il nous est proposé aujourd’hui en vidéo, dans une version restaurée des plus remarquables.
Ce premier ouvrage est bien loin du cinéma qui forgera par la suite, la légende du maître du cinéma de Taiwan. Nous découvrons, ici une comédie romantique décalée, agréable mais surprenante par son manque d'appétence.

Le distributeur Carlotta Films, nous propose de découvrir pour la première fois dans l’hexagone, la tête de liste des œuvres du cinéaste. Sans doute qu’à l’époque de cette première expérience, il ne pensait pas réellement en faire un métier. Hou Hsiao-Hsien, s’est d'après ses dires : jeté dans le milieu du cinéma sans réelles convictions, son but était simplement de travailler, et cette profession lui paraissait simple et accessible. En effet, le cinéma est en pleine expansion en Asie, et il permet en plus, de s'offrir un très bon moyen de drague et d'approche envers les filles, tout en se constituant une vie suffisamment aisée.

On ressent à travers ce premier jet, que l’ambition n’est pas encore acquise, il se contente de nous exposer des personnages un peu lourdaud, une romance interdite et un humour quelque peu décalé.
Le tout, se voit composé d’un titre musical enthousiaste et entêtant, interpréter par l’acteur principal Kenny Bee, qui comme énormément de comédiens hongkongais, exerce la double casquette de chanteur populaire.
Ni l’ambition, ni le style qui font de Hou Hsiao-Hsien un des plus grands cinéastes d’Asie, ne ressortent de cette œuvre. On y découvre une intrigue plutôt simple, joviale, certes, mais, bien loin d’être l’une des plus recommandables.
On notera toutefois quelques moments sympathiques, pour un film très élémentaire, qui se voit rythmé par une douce folie sentimentale et rebelle, à défaut de devenir un opus des plus mémorables.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire