Critique film
Publié le 21/06/2018 à 11h37 par Kévin Aubin
Demi-S½urs
5 /10

Lauren, ravissante it-girl de 29 ans, tente de percer dans le milieu de la mode en écumant les soirées parisiennes. Olivia, 28 ans et un rien psychorigide, a deux obsessions : sauver la confiserie de ses parents, et se trouver le mari idéal. A 26 ans, Salma, jeune professeur d’histoire fougueuse, vit encore chez sa mère en banlieue. Leurs routes n’ont aucune raison de se croiser… Jusqu’au jour où, à la mort de leur père biologique qu’elles n’ont jamais connu, elles héritent ensemble d’un splendide appartement parisien. Pour ces trois s½urs qui n’ont rien en commun, la cohabitation va s’avérer pour le moins explosive…

Saphia Azzedine se tourne vers l'écriture, cumulant les activités de journaliste, de scénariste et de romancière. En 2005, elle publie son premier roman, Confidences à Allah, adapté dix ans plus tard en bande dessinée. En 2011, sort le film Mon père est femme de ménage, dont elle est la scénariste et réalisatrice, film qui est le fruit de l'adaptation de son deuxième roman éponyme, paru en 2009. François-Régis Jeanne est un réalisateur de making-of où il intervient sur de nombreux films depuis 1979. En 2009, il s'essaye à la réalisation de documentaires. On lui dit notamment Fucking Kassovitz ou encore God save Connasse.

En 2018, Saphia Azzeddine et François-Régis Jeanne co-réalisent la comédie Demi-s½urs. Encore une nouvelle comédie française qui pointe le bout de son nez dans les salles obscures et une fois de plus c'est du déjà-vu. Même si l'histoire est simple, on pouvait au moins s'attendre à un petit film sympathique avec de l'humour où l'on ressort avec la banane. Le résultat est tout autre puisque malheureusement c'est peu convaincant, banal et même pas drôle. Pourquoi les comédies françaises ont ce besoin d'humour bas de plafond et surtout en dessous de la ceinture ? Un humour qui ne fait plus rire beaucoup de monde et c'est le cas dans ce film. Les rebondissements se font attendre et le rythme est monotone sans qu'il y est réellement de moments percutants. L'histoire du film démarre pourtant bien mais s'enlise à enchaîner des scènes sans grand intérêt et surtout ne raconte pas grand-chose. Il en est de même pour des dialogues bien pauvres. Un rendez-vous comique manqué qui avait pourtant du potentiel mais qui n'est jamais bien exploité. Au final, on se retrouve avec une comédie toute juste gentille avec une panne sèche de scénario. Même les personnages sont stéréotypés au possible. C'est dommage.

Saphia Azzeddine et François-Régis Jeanne signent une réalisation en demi-teinte. La mise en scène est classique, les décors parisiens sont de bonne facture, la photographie avec ses lumières naturelles et ses couleurs plutôt agréables apporte une ambiance est agréable et la bande-son est composée de chansons actuelles. Rien de bien nouveau à l'horizon.

Le film est porté par un trio féminin investi mais mal exploité. Sabrina Ouazani, Alice David et Charlotte Gabris trouvent ici l'un de leur premier grand rôle au cinéma mais pas celui espéré. La faute à un scénario qui ne leur permet pas d'exploiter pleinement leur potentiel comique notamment. Elles se retrouvent bien malgré elles embourbées dans une comédie de bas étage aussitôt vue aussitôt oubliée.

Pour leur première coréalisation, Saphia Azzeddine et François-Régis Jeanne signe une comédie au scenario cousu de fil blanc où l'humour peine à convaincre avec des ressorts comiques éculés. Déjà-vu et sans grand intérêt même le trio d'actrices ne brille pas.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire