Critique film
Publié le 12/06/2019 à 11h32 par Floriane
Dragons 3 : Le Monde Caché
9 /10

Ce qui avait commencé comme une amitié improbable entre un jeune Viking et un redoutable dragon Fury Nocturne est devenu une épique trilogie retraçant leurs vies. Dans ce nouveau chapitre, Harold et Krokmou vont enfin découvrir leurs véritables destinées : être le chef de Berk au côté d’Astrid et, en tant que dragon, être le leader de son espèce. Alors qu’ils réalisent leurs rêves de vivre en paix entre Vikings et dragons, une sombre menace planant sur le village et l’apparition d’une femelle Fury Nocturne vont mettre à mal leurs liens d’amitié comme jamais auparavant.

En 2010, nous faisions la connaissance du duo irrésistible Krokmou et Harold. Neuf ans plus tard, "Dragons" ("How To Train Your Dragon" en VO) est devenue la saga star du studio Dreamworks acclamée par la critique et le public. Une saga qui prend fin cette semaine avec un troisième volet sous la forme d'un au revoir poignant.

"Dragons 3 – Le Monde Caché" aura eu bien du mal à sortir sur nos écrans (changement de patron, budget, etc), mais il est enfin là ! Toujours réalisé par Dean Deblois, nous retrouvons nos héros dans ce qui semble être l'utopie dont ils ont toujours rêvé. On pourrait alors se demander ce que la saga a encore à nous raconter. C'était sans compter sur le génie de Deblois et son amour pour l'univers de "Dragons".

En partant d'un scénario basique, le réalisateur-scénariste déploie une panoplie de thématiques plus complexes et intéressantes. Le passage à l'âge adulte, déjà évoqué dans "Dragons 2", est ici traité avec un réalisme rare pour un film d'animation jeunesse. Et bien que "Dragons" ne soient pas des films politiques, Deblois ne s'est jamais caché d'y glisser des sous-textes sur notre société. En plus de l'éco-responsabilité, présente depuis le premier violet, c'est l'intolérance qui est au centre du "Monde Caché" avec le grand méchant Grimmel. Ce personnage qui refuse de s'ouvrir au monde et aux m½urs nouvelles, symbolise parfaitement les maux de notre société.

Mais le c½ur de "Dragons" reste l'amitié entre Harold et Krokmou. C'est avec eux que notre c½ur palpite, se brise, se reconstruit pour mieux aller de l'avant. Car l'autre très beau message de "Dragons 3" est son ode à la liberté et au lâcher prise. C'est dans ces moments, où l'émotion l'emporte sur le récit, que le film prend aux tripes. Deblois et son équipe ont su créer des scènes où les sentiments balayent tout le reste et où ils nous restent plus qu'à apprécier la beauté du moment.

Une beauté esthétique rendu possible grâce au travail remarquable de l'équipe d'animateurs de Dreamworks. En plus du souci du détail (en particulier sur la peau des dragonniers et de Krokmou), c'est dans les paysages et leurs lumières que "Dragons 3" nous impressionne. On pensait que le studio ne pouvait faire mieux que le premier vol de Krokmou et d'Harold ("Dragons") ou de la sublime première apparition de Valka ("Dragons 2"), mais "Dragons 3" contient pourtant de nouvelles pépites, comme cette scène d'intro impressionnante jouant sur le clair/obscur, la découverte du monde secret ou encore le ballet amoureux mouvementé de Krokmou et la Furie Eclair. Toutes ces scènes mixant parfaitement l'épique au merveilleux sont la preuve du génie de metteur en scène et de conteur de Dean Deblois.

Mais ces séquences n'auraient pas la même magie si elles n'étaient pas mises en musique par John Powell. Compositeur de la saga depuis le début, Powell nous offre une fois de plus des morceaux puissants qui portent les scènes vers des niveaux émotionnels très forts.

Avec "Dragons 3 - Le Monde Caché", Dean Deblois conclut de la plus belle des manières l'une des meilleures sagas d'animations de notre époque. Et même si les adieux à Krokmou et Harold sont douloureux, on ne peut être qu'admiratif devant le travail accompli sur cette trilogie, qui, on l'espère, deviendra un grand classique.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire