Critique film
Publié le 17/05/2018 à 18h38 par Floriane
En Liberté !
8 /10

Yvonne jeune inspectrice de police, découvre que son mari, le capitaine Santi, héros local tombé au combat, n’était pas le flic courageux et intègre qu’elle croyait mais un véritable ripou. Déterminée à réparer les torts commis par ce dernier, elle va croiser le chemin d’Antoine injustement incarcéré par Santi pendant huit longues années. Une rencontre inattendue et folle qui va dynamiter leurs vies à tous les deux.

Cette année, les comédies ont la cote au Festival de Cannes. Après ‘Le Monde est à toi’, la Quinzaine des réalisateurs vient de présenter une nouvelle pépite du genre : ‘En Liberté’.

Plan fixe sur une porte délabré. En fond, une voix off d’un enfant et d’une femme avant que la porte n’explose et que surgisse en lettre capitale le nom de l’actrice Adèle Haenel accompagné d’une musique digne des films policiers emblématiques des années 70. S’ensuit une scène d’action complètement invraisembable avec Vincent Elbaz fracassant du malfrat à tout va, avant que la voix d’Adèle Haenel nous ramène à la réalité de la chambre d’enfant où elle raconte cette histoire fantasmée glorifiant le souvenir de son mari décédé.

Avec cette séquence rythmée se rapprochant du pastiche, le réalisateur Pierre Salvadori (‘Hors de Prix’, ‘Dans la cour’) plante le décor de son film où situations burlesques, quiproquos et émotions se mêlent pour nous offrir un spectacle hilarant.

Au fil de sa carrière, le réalisateur Pierre Salvadori s’est fait spécialiste des comédies dramatiques centrées sur des personnages écorchés à la moralité parfois douteuse et aux dialogues délicieusement drôles et surtout bien écrits. L’humour survient autant des ‘Oh putain !’ répétitifs d’Yvonne (Adèle Haenel), des pétages de plomb d’Antoine (Pio Marmaï), que des situations complètement loufoques, comme la scènes de braquage qui nous fait passer du rire aux larmes en quelques répliques.

Car la force du cinéma de Pierre Salvadori vient de son côté émotionnel qui arrive à éviter le pathos et les facilités. Dans ‘En Liberté’ le cinéaste évoque la dure reconstruction de ses personnages. Que ça soit l’homme ayant passé 8 année en prison pour un crime qu’il n’a pas commit ou la femme encore en plein deuil qui apprend que sa vie rêvée n’est finalement qu’une illusion. Pour incarner ces deux personnalités, Salvadori a eu la bonne idée de réunir Pio Marmaï et Adèle Haenel. L’alchimie entre les deux acteurs illumine l’écran. Le duo s’éclate dans ces rôles décalés et ça se sent. Le talent comique d’Adèle Haenel déjà entre-aperçu dans le génial ‘Les Combattants’ est ici exploité à 100% par Salvadori pour notre plus grand bonheur tant l’actrice se révèle hilarante dans ce registre.

Avec ‘En Liberté’ Pierre Salvadori nous offre une comédie inventive qui assume ses délires les plus fous, tout en n’oubliant pas d’écrire ses personnages brillamment interprétés par Adèle Haenel et Pio Marmaï. Le film sortira dans les salles le 31 octobre prochain.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire