Critique film
Publié le 12/06/2019 à 11h45 par Kévin Aubin
Glass
9,5 /10

Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn - l’homme incassable - poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

M. Night Shyamalan réalise plusieurs courts-métrages amateurs avant de partir étudier à l'Ecole des Arts de l'université de New York. Il réalise son premier long en 1992 avec Praying with Anger, acclamé par la critique mais boudé par le public. En 1999, Sixième Sens est un succès planétaire et le propulse sur le devant de la scène. S'en suivent plusieurs réalisations toujours orientées fantastique, genre de prédilection du réalisateur. Par la suite, il enchaîne avec Le Dernier maître de l'air et After Earth qui ne rencontrent pas le succès. Mais il revient en force avec Split en 2016, second opus inattendu faisant suite à Incassable.

En 2019, il revient avec Glass, conclusion de sa trilogie entamée en 2000 avec Incassable. Après avoir surpris tout le monde en reliant Split sorti en 2016 à Incassable sorti plusieurs années auparavant, M. Night Shyamalan vient conclure sa trilogie de super-héros. C'était sans compter sur le talent du réalisateur qui nous livre une conclusion anti-spectaculaire mais tout aussi épique d'une saga dont lui seul a le secret. Avec ce nouveau film, le réalisateur démontre son intérêt pour l'humain et l'interroge sur sa place dans le monde au travers le prisme du super-héros. Ainsi, il déroule avec intelligence un récit complexe qui se penche sur trois hommes et étudie leurs aspects aussi bien physiques que psychologiques. Le spectateur qui a découvert ces personnages dans les précédents films, les découvrent une nouvelle fois mais leur psychologie est davantage sondée et surtout leurs fractures physiques, celles qui font que nous sommes des êtres humains, y sont ouvertement montrées. Il est intéressant de se voir confronter une nouvelle fois à ces personnages et de comprendre pourquoi ils sont là et ce qu'ils cherchent à faire dans ce monde régit par le conformisme. Le réalisateur déroule donc une histoire riche en rebondissements qui va là où on ne l'attend pas avec des twists pour le moins inattendus jusqu'à un final d'anthologie. Le rythme du film est bon avec une première partie qui prend le temps de faire monter la pression et une seconde où tout se déroule avec de l'action savamment orchestrée. Les dialogues sont bien écrits et les différentes scènes du métrage centrées sur nos héros amènent à la réflexion. Le spectateur n'est pas dans une position attentiste mais bien acteur et vit intensément chaque seconde. En résulte une oeuvre magistrale.

M. Night Shyamalan sait où il va et maîtrise totalement son film. La mise en scène profite indéniablement aux acteurs et arrive à vous retourner le cerveau plus d'une fois, les décors se limitant principalement à un lieu clos sont de bonne facture et amènent cette atmosphère anxiogène omniprésente tout le long du film, la photographie aux couleurs blafardes avec ses tonalités froides appuie encore davantage la sensation d'oppression et la bande-son est digne des plus grands thrillers américains. Une réalisation parfaite en tous points.

Le film est porté par trois acteurs de renom en les personnes de James McAvoy, Bruce Willis et Samuel L. Jackson. Les trois acteurs sont mémorables dans leur rôle respectif et chacun domine son personnage à la perfection. Celui qui sort du lot reste James McAvoy qui électrise chaque plan de sa présence. Les autres acteurs dans les seconds rôles ne sont pas en reste notamment Sarah Paulson, Anya Taylor-Joy et Spencer Treat Clark qui trouvent tous trois de superbes rôles dans lesquels ils excellent.

Pour sa nouvelle réalisation, M. Night Shyamalan confirme son talent de réalisateur et montre que sa patte artistique est unique. Glass vient conclure comme il se doit une trilogie immanquable du cinéma américain. Qui plus est, le film est servi par un casting incroyable. A ne pas manquer.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire