Critique film
Publié le 08/03/2018 à 12h23 par Floriane
Isadora
6,5 /10

Isadora Duncan a révolutionné le monde de la danse et choqué l'opinion américaine par son esprit libre, son attitude rebelle et son engagement en faveur de l'amour libre. On la retrouve en 1927 dans un petit hôtel de la Côte d'Azur, ruinée et prête à dicter à son secrétaire l'histoire de sa vie tumultueuse, celle de la plus grande danseuse du XXème siècle.

Avant que Lily-Rose Depp ne lui prête ses traits dans "La Danseuse" de Stéphanie Di Giusto, Isadora Duncan était déjà apparue à l'écran dans le biopic intitulé sobrement "Isadora". Sorti en 1968, le film est une évocation plutôt fidèle de la vie de l'artiste.

Construit sous la forme d'un va-et-vient entre le passé et le présent, le film se concentre autour des relations amoureuses de la danseuse, ainsi que sa fameuse recherche de la beauté. A travers ses différents amours, le réalisateur Karel Reisz nous montre le côté libre de la jeune femme. Son désir n'étant non pas dicté par une soif de gloire quelconque, mais par un amour pour la simplicité et la beauté de chacun.

En plus de son amour pour les hommes (celui pour les femmes étant complétement effacé), le film se penche sur l'amour d'Isadora pour la danse. Un art qui selon elle lui aurait été présenté comme une destinée. Pour marquer cette passion transcendante, le réalisateur entoure les scènes de jeunesse de l'artiste d'une aura quasi-mystique. Filmant les scènes de représentation comme des envolés lyriques ou euphorisantes, Reisz réussit à transmettre l'audace de cette femme que beaucoup considère comme l'inventrice de la danse contemporaine. Une danse détachée des carcans de la danse classique à qui Isadora insuffle sa grâce.

Prix d'interprétation féminine à Cannes en 1969, Vanessa Redgrave incarne avec élégance et folie Isadora Duncan. Filmé avec amour par Karel Reisz, pour qui elle avait déjà tourné "Morgan", l'actrice porte le film par sa présence. Que ce soit dans les scènes intimes (la "confession" sur les enfants) ou de représentations (la scène en Russie), elle donne vie à cette grande dame.

Entre passé et présent, "Isadora" est un brillant hommage à cette femme qui changea les codes de la danse et à une liberté de plus en plus menacée aujourd'hui.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire