Critique film
Publié le 07/10/2019 à 11h16 par Floriane
Joker (2019)
9,5 /10

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société.

Depuis sa présentation, et son triomphe, à la Mostra de Venise, le "Joker" de Todd Phillips ne cesse de défrayer la chronique. Trop dangereux, Trop violent.,Trop pompeux, etc. Les polémiques autour du film n’ont cessé d’enflammer les médias. Mais qu’en est-il vraiment ? On vous donne notre avis ci-dessous.

Qui ne connait pas le Joker ? Antagoniste culte de Batman, le clown psychopathe fascine depuis longtemps grand public et spécialistes. Après une version animée (doublée par Mark Hamill), une autre cartoonesque (Jack Nicholson), une iconique (Heath Ledger) et une plus récente à oublier (Jared Leto), Todd Phillips a choisi de donner sa version du clown. Et plus précisément, comment un homme sombre dans la folie pour devenir un être comme le Joker. Et c’est la le génie du projet : s’approprier un personnage mythique sans en trahir l’essence. Même si on retrouve des similitudes avec le comics culte d’Alan Moore ("Killing Joke"), Phillips et son scénariste Scott Silver ont laissé de côté, tout en le respectant, le matériel "comics" pour mieux ancrer le Joker dans des préoccupations actuelles. Il nous donne alors à voir l’intérieur de la psyché d’un homme au mal être insondable qui va sombrer dans la folie. Une exploration humaine qui peut être choquante, mais qui est surtout passionnante par sa morale ambiguë.

Le film nous confronte la fabrique d’un monstre par notre société de plus en plus individualiste et cruelle. Un monde où la solidarité n’existe plus. Phillips dépeint et pointe du doigt cette société privée de repères, inégale, hypocrite et violente dans laquelle nous vivons. Cependant, si la société fait le monstre, le film n’excuse et ne justifie en rien le comportement violent et psychotique du Joker. Certes, le film icônise le Joker, mais il ne le glorifie jamais. Par son propos extrême, il est normal que le film fasse débat. Et c’est là tout son intérêt. Nous confronter à cette vision violente de notre monde à travers la transformation terrible de cet homme en Joker.

Un Joker interprété plus que brillamment par le toujours aussi inspiré Joaquin Phoenix. Il était pourtant difficile de passer après la performance magistrale de Heath Ledger (la preuve avec Jared Leto), mais Phoenix y arrive haut la main. L’acteur américain s’est une fois de plus outrepassé avec son interprétation à la fois malfaisante (ce rire, cette maigreur), glaciale (ce regard), et surtout imprévisible dans ses contrastes émotionnels. Bref, l’une des meilleurs performances d’acteurs de ces dernières années.

Oubliez les déclarations nauséabondes de son réalisateur et toutes les polémiques, et foncez vivre cette expérience cinématographique intense. Une descente aux enfers qui n’a pas fini de faire débat. Mais surtout un grand film qui questionne notre rapport à notre société et aux individus.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire