Critique film
Publié le 30/03/2018 à 12h20 par Ciné Vor
La Fille du Nil
6 /10

A la suite du décès de sa mère, la jeune Lin Hsiao-yang doit s'occuper de son frère et de sa soeur, tout en travaillant comme serveuse et en suivant des cours du soir. Une bande dessinée, dont l'héroïne est "la fille du Nil", lui permet de s'évader de son quotidien.

Changement de décor total pour Hou Hsiao Hsien, fini la campagne et les verts pâturages, la mélancolie et l’esthétisme naturel de la banlieue. Avec "La Fille du Nil", le cinéaste, développe une utopie moderne et urbaine bien loin de ses heures de gloire.

Loin également de la joie communicative et de la mélancolie de ces films précédents, il décide de nous conter, cette fois-ci, le dysfonctionnement d’une famille à travers une œuvre désenchantée et anxiogène.

Le message est pourtant fort et simplissime, puisqu’il semble mettre en garde, le développement des grandes métropoles et la dénaturation de l’être humain. Un parallèle qu’il met en scène à travers un mirage tout droit inspiré des mangas, propulsant une jeune héroïne à travers l’Egypte Antique, afin que son regard se porte moins sur le superflu, mais plus sur la pureté et le sens de la réalité de la vie.

"La Fille du Nil", est une œuvre de transition, par la méthode, mais son message reste sein, pur, poétique et médité.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire