Critique film
Publié le 20/09/2019 à 16h09 par Grégory
La Malédiction de la Dame Blanche
7,5 /10

Une légende raconte qu'une femme a noyé ses enfants dans un accès de folle jalousie, puis, désespérée, s'est jetée dans un fleuve. Désormais, tous ceux qui entendent ses appels sinistres la nuit sont maudits. Tapie dans l'ombre, la Llorana (la pleureuse) s'attaque aux enfants. A Los Angeles, dans les années 1970, ignorant les avertissements d'une mère soupçonnée de violence sur mineurs, Anna Tate-Garcia, une assistante sociale, et ses enfants deviennent ses cibles. Pour espérer survivre à la fureur mortelle de la Llorana, la famille fait appel à un prêtre désabusé aux pratiques mystiques...

Lorgnant sur les succès de "Conjuring", "Insidious" et "Annabelle", James Wan et Gary Dauberman se lancent dans la production d'une autre légende surnaturelle toute aussi effrayante, celle de la Dame Blanche. Avec un jeune cinéaste derrière la caméra en la personne de Michael Chaves, le scénario entraîne Linda Cardellini dans une histoire terrifiante où "jumps scares" et atmosphère lugubre sont vivement au programme.

Alors, certes, tout ceci manque un peu d'originalité, la trame est prévisible et certaines scènes sont un peu trop longues mais, au final, tout ce que l'on attend de ce genre de long métrage, c'est de nous faire sursauter de peur devant notre écran. Et sincèrement, le challenge est largement atteint. L'ambiance sombre et les nombreuses séquences flippantes parviennent sans problème à nous faire passer de bons moments de frayeur. Difficile après de dormir sereinement dans le noir... Mais, c'est tout ce que l'on aime...

Devant la caméra, nous retrouvons tout d'abord Linda Cardellini bien loin de son rôle de Véra Dinkley dans les deux films "Scooby-Doo". Elle interprète ici une mère de famille bien décidée à protéger ses enfants face à la malédiction de la Llorana (la pleureuse). Nous avons également les jeunes Roman Christou et Jaynee-Lynne Kinchen tout deux excellents malgré leurs jeunes âges et leurs faibles expériences dans le métier. Il y a aussi les présences de Raymond Cruz ("Alien, la résurrection"...), Patricia Velasquez ("Le Retour de la Momie"...), Sean Patrick Thomas ("Halloween Resurrection"...) et Tony Amendola ("Annabelle"...).

En résumé, le long métrage "La Malédiction de la Dame Blanche" ne révolutionnera certainement pas le genre mais il parvient sans problème à nous offrir quelques bonnes frayeurs.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire