Critique film
Publié le 12/04/2019 à 17h09 par Floriane
Leto
8 /10

Leningrad. Un été du début des années 80. En amont de la Perestroïka, les disques de Lou Reed et de David Bowie s'échangent en contrebande, et une scène rock émerge. Mike et sa femme la belle Natacha rencontrent le jeune Viktor Tsoï. Entourés d’une nouvelle génération de musiciens, ils vont changer le cours du rock’n’roll en Union Soviétique.

Avec "Leto", le réalisateur russe Kirill Serebrennikov ("Le Disciple") signe un film sur la jeunesse et son envie de liberté dans une société souhaitant la brider à tout prix. Leur moyen de s'évader ? La musique. En particulier le rock venu des Etats-Unis. Le cinéaste montre parfaitement le désespoir de ces jeunes, mais aussi et surtout leur besoin de trouver une raison de vivre à travers l'art musical. Et bien qu'il se situe dans les années 80, le film fait malheureusement écho à la politique répressive de Poutine. Serebrennikov est d'ailleurs assigné à résidence par le gouvernement russe pour des raisons obscures…

Pour transposer à l'écran cette jeunesse libertaire, le cinéaste a choisi l'audace en mélangeant un noir et blanc classieux, des incrustations couleurs, des graffitis à même l'image, des moments de comédies musicales, etc. Ce décloisonnement esthétique appuie le propos du réalisateur et donne au film un aspect multi-genre explosif.

Au milieu de ce foisonnement d'idées se trouve un triangle amoureux incarné par les excellents Teo Yoo, Irina Starshenbaum et Roman Bilyk. Teo Yoo joue le charismatique Viktor Tsoy, légende de la musique russe avec son groupe Kino. L'acteur saisit avec brio la personnalité complexe du jeune rocker sans exagérer les traits du rebelle avec sa veste en cuir. Roman Bilyk interprète Mayk Naumenko, pionnier du rock-blues en Russie et mentor de beaucoup de jeunes artistes. L'acteur arrive à rendre attachant cet homme perdu, amoureux, mais toujours à penser à autrui. Au milieu de ces artistes se trouve Natasha incarnée par Irina Starshenbaum. Tiraillée entre les deux hommes, leur histoire ne sombre pas dans le triangle amoureux dramatique et cliché. Non, il est surtout là pour mieux voir ces deux artistes dans l'intimité et donc voir les hommes derrière les rocks stars.

Sensation lors du Festival de Cannes 2018, où il était en sélection officielle, "Leto" est un film riche sur le désir de liberté d'une jeunesse intemporelle. Un film politique, une comédie musicale, une comédie romantique, un drame, mais surtout un grand film !

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire