Critique film
Publié le 30/03/2018 à 12h30 par Kévin Aubin
Pentagon Papers
9 /10

Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s'associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d'État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les man½uvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d'années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

Steven Spielberg est un réalisateur que l'on ne présente plus, fort de ses nombreux succès au cinéma, avec des réalisations devenues des classiques du Septième Art. Il est l'une des personnalités les plus emblématiques et les plus influentes de l'industrie cinématographique d'aujourd'hui. Avec plus de 50 ans de carrière à son actif, il a marqué et marquera encore de son emprunte le cinéma américain.

En 2018, il revient avec Pentagon Papers, affaire détaillant l'implication politique et militaire américaine dans la guerre du Vietnam. Passé maître dans l'art des raconter des histoires, Steven Spielberg sait également très bien retranscrire à l'écran de véritables histoires. En témoigne cette plongée dans les années 70 où l'affaire des "Pentagon papers" ébranla l'Amérique. Tourné comme un thriller, le spectateur vit au rythme de cette affaire du côté de la classe journalistique. Tel un investigateur, le spectateur mène l'enquête au gré de nombreux rebondissements. Bien plus qu'un thriller politique banal, l'histoire captive tout de son long et est menée à un rythme crescendo. La tension est palpable et le spectateur est tenu en haleine jusqu'à la fin. Même si cette affaire est connue de tous, elle n'en reste pas moins encore aujourd'hui une critique acerbe de l'Amérique d'aujourd'hui. A la fois humaniste et progressiste, le film prend de l'ampleur au fur et à mesure que le récit avance et se concentre sur les relations humaines et les valeurs de chaque personnage, et sort du simple cadre du journalisme d'investigation. Les "Pentagon Papers" ne sont en réalité que l'élément déclencheur qui permet au réalisateur de raconter le quotidien des personnages rattachés de près ou de loin à l'affaire. Il sonde ainsi l'impact de celle-ci sur leurs vies et montre comment chacun d'entre eux, de par leur courage, va changer la donne. Profondément humain.

Pour son trentième film, Steven Spielberg filme un moment clé de l'histoire des Etats-Unis et plus largement du monde entier à la perfection. La mise en scène dynamise chaque plan et profite aux acteurs, les décors sont parfaitement travaillés notamment les bureaux du Washington post, la photographie froide et pâle vient parfaire l'ambiance de l'époque et rend hyperréaliste cette société américaine et la bande-son signée John Williams est comme toujours avec lui du grand art. Une réalisation magistrale.

Steven Spielberg retrouve pour la cinquième fois son acteur fétiche, Tom Hanks. Pour l'accompagner, Meryl Streep lui donne la réplique. Faut-il encore présenter ces deux acteurs, monstres sacrés du cinéma américain dont la réputation n'est plus à faire. Leur duo est tout bonnement impeccable et les voir tous les deux à l'écran est un plaisir immense. Le reste du casting est composé d'acteurs pour la plupart connu du grand public. Tous ont la possibilité de briller grâce à des personnages très bien écrits, aux valeurs et aux complexités diverses. Chaque acteur étant mis en lumière.

Pour sa nouvelle réalisation, Steven Spielberg signe un thriller politique parfaitement en phase avec notre époque et qui résonne encore avec celle des années 70. Une belle leçon de cinéma.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire