Critique film
Publié le 08/07/2019 à 11h26 par Floriane
Spider-Man : Far From Home
7 /10

L'araignée sympa du quartier décide de rejoindre ses meilleurs amis Ned, MJ, et le reste de la bande pour des vacances en Europe. Cependant, le projet de Peter de laisser son costume de super-héros derrière lui pendant quelques semaines est rapidement compromis quand il accepte à contrecoeur d'aider Nick Fury à découvrir le mystère de plusieurs attaques de créatures, qui ravagent le continent !

Remarque : Si vous n'avez pas vu "Avengers : Endgame" ne lisez pas cette chronique.

A peine 3 mois après le traumatisme "Avengers : Endgame", le MCU clôt pour de bon sa phase 3 avec la deuxième aventure solo du tisseur : "Spider-Man : Far From Home" de Jon Watts. Après le très adolescent "Homecoming", "Far From Home" nous promettait dans ses bandes-annonces une aventure épique à travers l'Europe où Peter Parker affrontait des élémentaux aux côtés d'un certain Mysterio. Mais qu'en est-il vraiment ?

Passer après le phénomène "Endgame" n'est certes pas facile. Mais "Far From Home" s'en sort plutôt bien. En évoquant les événements tragiques survenus dans "Infinity War" et "Endgame" à travers le prisme du journal du lycée, le film assure la continuité avec le MCU, tout en restant dans son univers teen. Quant à l'idée du voyage scolaire en Europe, il permet au film un dépaysement bienvenu et l'occasion de Peter de prendre du recul sur son statut de super-héros.

Car c'est un Peter Parker un peu perdu que l'on retrouve dans "Far From Home". Après la mort de Tony Stark et les "disparitions" de Thor et Captain America, le jeune Spidey se retrouve avec la pression de devenir le "nouveau Iron Man". Et ce n'est pas l'insistance de Nick Fury qui l'aidera à se relaxer… Au-delà des blagues pour ados bien trop présentes, le film offre un portrait émouvant de Peter Parker incarné par le toujours aussi excellent Tom Holland. Ce qui fait la force et la popularité du personnage depuis ses débuts reste son humanité. Et on peut reprocher tout ce que l'on veut à cette nouvelle version du personnage, mais sur ce point, elle réussit toujours à toucher droit au c½ur.

Et lors de son périple en Europe, Peter fera la rencontre d'un personnage bien connu des amateurs de comics : Quentin Beck AKA Mysterio. Maître des illusions, le film arrive parfaitement à retranscrire la mégalomanie et la perfidie de cet homme qui donnera bien du fil à retordre au Tisseur. Et pour incarner cet antagoniste culte, Marvel Studios a eu la brillante idée de choisir Jake Gyllenhaal. L'acteur américain que l'on ne présente plus est parfait dans ce rôle de manipulateur hors pair.

Les tours d'illusions de ce dernier permettent au réalisateur de s'éclater avec des scènes complètement folles où toutes les peurs du Tisseur s'entremêlent dans un univers de cauchemar. Côté visuel, on sent que Watts a fait des efforts en cherchant de nouveaux moyens d'exploiter les capacités de Spider-Man. Et bien que certaines idées soient de bonnes surprises (la scène de l'attaque à Venise), le film manque cruellement du souffle épique de l'époque Sam Raimi.

Plus ambitieux que "Homecoming", "Spider-Man : Far From Home" est un bon divertissement avec de belles trouvailles visuelles, un Mysterio plus que réussi, et surtout un Tom Holland toujours aussi parfait dans la peau du Tisseur.

Et comme d'habitude pour un film MCU, restez bien jusqu'à la fin…

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire