Critique film
Publié le 09/08/2017 à 12h52 par Ciné Vor
The Last Face
5 /10

Au Libéria, pays d'Afrique ravagé par la guerre, le docteur Miguel Leon, médecin humanitaire, et le docteur Wren Petersen, directrice d'une ONG, tombent passionnément amoureux l'un de l'autre. S'ils sont tous les deux engagés corps et âme dans leur mission, ils n'en sont pas moins profondément divisés sur les politiques à adopter pour tenter de régler le conflit qui fait rage. Ils devront surmonter leurs clivages et le chaos qui menace d'emporter le pays tout entier - sous peine de voir leur amour voler en éclats...

Cinquième film du cinéaste Sean Penn ("The Indian Runner", "Crossing Guard", "The Pledge", "Into the Wild") et premier dont il n’est pas scénariste : "The Last Face" est un mélodrame amoureux sur fond d’intervention humanitaire.
Est-ce une excuse logique au résultat peu satisfaisant ? Ce qui est certain, c’est que Sean Penn nous avait habitué à un cinéma surprenant, ambitieux et beaucoup moins convenu. Ici, il semble se contenter de quelques clichés désolants sur le monde, ses aides humanitaires et une romance mal placée.

Pourtant, le casting trois-étoiles avait de quoi apporter un souffle jubilatoire et orienté à cette ½uvre. Charlize Theron ("Mad Max : Fury Road)" et Javier Bardem ("No Country For Old Men") sont, comme Sean, des comédiens engagés dans des associations d'aides humanitaires qui militent à travers le monde. Pour Adèle Exarcopoulos ("La Vie d'Adèle"), c’est un premier vrai rôle aux Etats-Unis mais, malheureusement, il ne marquera certainement pas l’histoire du cinéma hollywoodien.
Le plus gros souci de l’½uvre est le comparatif hallucinant entre la romance des deux personnages principaux et les souffrances de l’Afrique. Sean Penn nous montre l’horreur de ces conflits, avec violence et hystérie, mais oublie de proposer un message fort qui pourrait éveiller les consciences.

Le résultat se veut indécent et navrant, malgré une mise en scène et un esthétisme de qualité.
La musique est signée Hans Zimmer ("Gladiator") et ne sauve en rien cette faute de goût et ce film inutile, un grand dommage !

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire