Critique film
Publié le 05/05/2017 à 16h32 par Ciné Vor
The Strangers
8,5 /10

La vie d'un village coréen est bouleversée par une série de meurtres, aussi sauvages qu'inexpliqués, qui frappe au hasard la petite communauté rurale. La présence, récente, d'un vieil étranger qui vit en ermite dans les bois attise rumeurs et superstitions. Face à l'incompétence de la police pour trouver l'assassin ou une explication sensée, certains villageois demandent l'aide d'un chaman. Pour Jong-gu aussi, un policier dont la famille est directement menacée, il est de plus en plus évident que ces crimes ont un fondement surnaturel...

Si vous n'avez pas encore retenu son nom, il est maintenant temps de le mémoriser : Na Hong-Jin, le cinéaste sud-coréen, à qui l'on doit les excellents thrillers "The Chaser" et "The Murderer", est de retour !
Il débarque avec un nouveau film à suspense, tendu et flippant !

Avec "The Strangers", il va plus loin qu'avec ses films précédents, il ose s'engouffrer dans un style bien particulier, celui du thriller horrifique. Bien loin des productions américaines, il propose un spectacle hallucinant et étourdissant.
Plus de deux heures et demi de tension, de suspense et de noirceur forment cette intrigue incroyable, forgée dans la pus grande tradition des films policiers, mais jonché d'humour noir et de folklore spirituel.

L'intrigue se déroule dans un petit village, bien loin du style urbain qui avait fait le succès de ses films précédents. Elle oppose plusieurs thèmes bien distincts, qui viennent sans cesse, nous interloquer sur le résultat vers lequel se dirige l’enquête, d'une police dépassée et sans expérience.
C'est une ½uvre à la fois fantasmagorique et à la fois psychologique, elle déploie tout un arsenal d'artifices, comme la paranoïa, mais surtout une ambiguïté extrême. Le cinéaste prend un malin plaisir à nous manipuler, et réussit sans conteste. À plusieurs moments, nous sommes consternés, mais pas résigner, et c'est le but ! Il joue avec nos nerfs, au point de remettre en question chaque indice de l’enquête à plusieurs reprises. Le machiavel fonctionne, elle torture notre esprit, qui ne cherche qu'a trouver l'issue de cette sombre affaire. Le doute s'installe, est-ce un film policier dont chaque pièce s'assembleraient à la fin ? Est-ce un film de fantômes ? Ou même un vigilante roublard ? Le constat est brillant !

L'½uvre se veut à la fois sociale, culturelle et religieuse. Elle se dépeint dans un cadre naturel, sous la pluie, le brouillard et les éclaircies, la crasse, le culte et la folie. La mise en scène est exceptionnelle, le montage quant à lui, est perturbant, mais des plus efficace. Le rythme soutenu permet d'installer une angoisse pesante et un ton diabolique tout du long. Et une fois arrivé au bout de cette affaire insaisissable, la conclusion s'avère étourdissante et dévastatrice ! Un chef d'½uvre en somme !

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire