Critique film
Publié le 20/10/2017 à 13h31 par Floriane
Thor : Ragnarok
8 /10

Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir, il va d’abord devoir mener un combat titanesque de gladiateurs contre celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk…

Absent de "Captain America : Civil War" le Dieu du Tonnerre est de retour avec "Thor : Ragnarok". Après deux films plus ou moins réussis ("Thor" et "Thor – Le Monde des Ténèbres"), ce troisième volet est une pépite décomplexée dans son humour, ainsi que son esthétique se rapprochant des comics eighties.

On doit sans doute cette nouvelle direction au duo de scénaristes venu de la branche animation Marvel (Craig Kyle et Christopher Yost), ainsi qu'au grain de folie apporté par le réalisateur Néo-Zélandais, Taika Waititi. Réalisateur-scénariste de comédies loufoques ("Vampires en toute intimité") et dramatiques ("Boy"), le cinéaste nous livre un film fou où la mythologie asgardienne rencontre la comédie pure avec une once de space opéra. Tout ça enrobé dans un style flashy et d’une bande originale électro qui donne à l’ensemble un ton décalé jouissif. Car contrairement aux précédents films du MCU (Marvel Cinematic Universe), "Thor : Ragnarok" est une vraie comédie. L'humour qui semblait parfois de trop dans "Docteur Strange" ou "Captain America – Le Soldat de l'Hiver" est ici assumé et surtout très drôle !

Mais le film n’oublie pas de respecter l’univers de Thor. On retrouve les querelles familiales à la Shakespeare. Cristallisées ici par la grande méchante de ce volet, Hela. Une déesse de la Mort incarnée par une Cate Blanchett toujours aussi charismatique. Mais Loki n’est jamais loin pour attiser le chaos sur la famille. Et c’est toujours un plaisir de retrouver Tom Hiddleston dans le rôle de l’espiègle frère de Thor.

Le film approfondit aussi le système asgardien avec l’apparition de Valkyrie jouée par Tessa Thompson ("Veronica Mars", "Dear White People") qui est vraiment la révélation du film. Un vrai personnage de femme forte qui ne dépend pas du héros masculin et dont l'intérêt ne repose pas sur sa sensualité. Son introduction permet à Thor d’avoir un égal féminin bien plus intéressant que Jane Foster. Personnage évincé suite à la décision de Natalie Portman de quitter le MCU. Concernant Thor lui-même, le film pousse à fond le potentiel comique du personnage et de son acteur (excellent Chris Hemsworth), sans oublier d’explorer une nouvelle facette des pouvoirs du Dieu.

En plus des Asgardiens, Hulk est aussi de la partie ! Marvel Studios a eu la bonne idée de mixer la série de comics sur le crépuscule des Dieux ("Ragnarok") à "Planet Hulk" avec un géant vert en mode gladiateur dans un monde alien lointain. Réunir ces deux-là à l’écran amène une confrontation épique lors d'une séquence d’arène menée par un grand maître fantasque (Jeff Goldblum), mais aussi un duo comique efficace. Et grâce à son apparition remarquée aux côtés de Thor, Hulk pourrait enfin avoir le droit à son film solo dans le MCU.

Avec ce "Thor : Ragnarok" le MCU offre une renaissance à son personnage sous la forme d’un délire à la fois fun, drôle et épique !

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Note :
  /10
Code de vérification
:
0 commentaire
0 /10