Critique film
Publié le 30/05/2018 à 13h00 par Kévin Aubin
Tout le Monde Debout
8,5 /10

Jocelyn, homme d'affaire en pleine réussite, est un dragueur et un menteur invétéré. Lassé d'être lui-même, il se retrouve malgré lui à séduire une jeune et jolie femme en se faisant passer pour un handicapé. Jusqu'au jour où elle lui présente sa s½ur elle-même handicapée...

Franck Dubosc se tourne rapidement vers la comédie et intègre le Conservatoire de Rouen. Un temps journaliste pour Channel Four, il travaille à la télévision puis obtient en 1985 le premier rôle de la comédie A nous les garçons de Michel Lang. En 1991, il part vivre outre-Manche, où il devient une star avec la très populaire série Coronation Street. De retour en France, il connaît enfin le succès qu'il a toujours désiré grâce aux Petites annonces qu'il écrit et interprète aux côtés d'Elie Semoun à partir de 1994. Ainsi, il devient rapidement l'un des comiques français les plus populaires. Par la suite, il se dévoile peu à peu au cinéma et enchaîne les films notamment des comédies. En parallèle, il continue ses one-man shows.

En 2018, il passe pour la première fois derrière la caméra et signe la comédie Tout le monde debout. Étonnement, Franck Dubosc réussit très bien derrière la caméra et évite de tomber dans la facilité des comédies françaises qui affluent chaque année au cinéma. Avec une histoire bien menée dont le sujet principal est le handicap, le réalisateur en tire une comédie qui traite son sujet avec légèreté et quoi de mieux que l'humour pour en parler. Ainsi, le handicap est presque relégué au second plan au profit d'une comédie pince-sans-rire où les situations s'enchaînent entre des moments de franche rigolade et des moments plus intimistes non dénués d'émotion. L'équilibre étant parfaitement trouvé entre l'humour et l'émotion. Et il faut souligner le fait que Franck Dubosc utilise chaque situation même mineure pour en extirper un potentiel comique où l'on en peut que rire aux éclats. L'humour n'étant jamais lourd. On ne s'ennuie pas une seule seconde dans un film qui multiplie les retournements de situations avec un rythme crescendo. C'est bien simple, on ressort de ce film avec la banane et surtout on se dit que le réalisateur a réussi à traiter du handicap avec intelligence. Un bon petit moment de cinéma français qui fait plaisir à voir.

Pour la première fois derrière la caméra, Franck Dubosc s'en sort bien. La mise en scène bien que classique dans le genre insuffle une belle énergie, les décors sont de bonne facture, la photographie à la lumière naturelle est de bon aloi et la bande-son est sympathique à entendre. Une réalisation efficace pour un film qui l'est tout autant.

Franck Dubosc est également devant la caméra et se met très bien en scène. Il s'offre un rôle à sa mesure où son talent comique est à son firmament. Pour l'accompagner, Alexandra Lamy est superbe et apporte cette touche d'émotion bien sentie tout le long du film. Naturelle et pétillante, elle comme à son habitude investie dans son rôle. N'oublions pas Elsa Zylberstein et Gérard Darmon dans des seconds rôles excellents qui apportent leur petite touche d'humour bien à eux. Un casting au top.

Pour sa première réalisation, Franck Dubosc relève le défi haut la main et signe une comédie au propos lourd de sens traité avec tact et surtout amené avec légèreté. Les acteurs sont formidables et c'est donc un très bon moment de cinéma en perspective.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire