Critique film
Publié le 17/04/2018 à 13h45 par Kévin Aubin
Un Raccourci dans le Temps
5 /10

Comme la plupart des collégiens, Meg Murry manque d’assurance et tente de trouver sa place. Très intelligente (ses parents sont des scientifiques mondialement connus), elle possède - tout comme son petit frère Charles Wallace - un don rare qu’elle ne n’a pas encore exploité. La disparition inexpliquée de son père va l’amener à faire la connaissance de trois guides – Mme Quidam, Mme Qui, Mme Quiproquo– venues sur Terre pour l’aider à le retrouver. Accompagnés de Calvin, un camarade de classe, ils trouvent au cours de leur quête un raccourci spatiotemporel les entraînant vers des mondes insoupçonnés sur lesquels règne un personnage maléfique…

Ava DuVernay est publicitaire de formation et décide pourtant de passer derrière la caméra en 2006 avec Saturday Night Life, un court-métrage retraçant la nuit d’une mère célibataire. C’est deux ans plus tard que la cinéaste produit, écrit et tourne son premier long-métrage, This Is Life, documentaire sur un mouvement de hip-hop. Elle poursuit ensuite dans la réalisation de documentaires musicaux pour la télévision. Mais c'est en 2015 que sa notoriété grandit aux yeux du public avec Selma, biopic qui suit la lutte de Martin Luther King pour le droit de vote à tous les citoyens.

En 2018, elle revient avec Un raccourci dans le temps, adaptation du roman du même nom de Madeleine L'Engle paru en 1962. Film familial par excellence estampillé Disney, cette aventure au budget plus que confortable est ratée. Au visionnage du film, il est difficile d'adhérer au travail engagé par Ava DuVernay. Sur la forme le film est visuellement très riche avec des effets numériques de haute volée et des costumes superbes mais malheureusement le fond ne suit pas. L'histoire intime d’une jeune fille qui comprend et accepte qui elle est, et y puise sa force est sur le papier intéressante mais les sous-textes viennent noircir le tableau. Vendu comme le film sur la diversité avec des messages forts comme l'acceptation de soi, l'amour, l'abnégation sont noyés dans un récit inutilement alambiqué. On n'arrive jamais vraiment à comprendre où a voulu en venir la réalisatrice et elle perd totalement le spectateur. Résultat, l'ensemble du film manque de rythme, le souffle épique est absent et les quelques tentatives d'offrir un spectacle convenable tombent à plat. C'est dommage qu'avec un tel matériau d'origine, on arrive à une telle déconvenue de la part d'un studio tel que Disney. Un divertissement qui n'en ait pas un puisque trop lisse et aseptisé voire vide de sens. Un film où l'on finit par s'ennuyer au lieu de passer un moment agréable.

Au commande de sa première grosse production hollywoodienne, Ava DuVernay n'est pas de taille. La mise en scène tente sans jamais y arriver de captiver son spectateur, les décors débordant de numérique sont sublimes mais ne laisse aucune place au réel, la photographie est criarde avec des couleurs multicolores qui font parfois mal aux yeux et la bande-son est plutôt plaisante à écouter. Une réalisation un peu à l'image du film, mal maîtrisée dans son ensemble.

Storm Reid est la jeune fille choisie pour incarner l'héroïne Meg Murry. En tant que première jeune fille afro-américaine à tenir le rôle principal dans un film d'anticipation, elle s'en sort plutôt bien. Elle mène le film tout de son long sur ses petites épaules avec entrain. Pour l'accompagner, trois têtes d'affiche : Oprah Winfrey, Reese Witherspoon et Mindy Caling. Toutes trois sont censées être l'atout du film mais leurs personnages ne servent à pas grand-chose hormis parler et encore parler. Les autres acteurs sont eux aussi bien mal exploités et ne servent que de faire-valoir. C'est dommage de ne pas capitaliser sur l'ensemble du casting. Mention spéciale au jeune Deric McCabe qui même s'il peut parfois être un poil trop présent et surtout saoulant, personnage oblige, arrive se faire une place devant Storm Reid et se faire remarquer.

Pour sa nouvelle réalisation, Ava DuVernay signe un divertissement sans saveur qui manque cruellement d'intérêt. Même si la forme est belle, "Disney movie" oblige, le fond est creux et s'embourbe dans une histoire inintéressante. Les acteurs tentent tant bien que mal de sauver le film du naufrage mais ne font malheureusement pas de miracle. Une erreur de parcours pour le studio Disney.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire