Critique film
Publié le 15/05/2019 à 16h18 par Floriane
Le Daim
7 /10

Georges, 44 ans, et son blouson, 100% daim, ont un projet.

Présenté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes, "Le Daim" signe le retour de l’inclassable Quentin Dupieux sur la Croisette. Après le décevant "Au Poste", le réalisateur français revient avec une fable noire à la fois douce et grinçante.

D’abord développé pour être un film américain désertique avant de devenir un film français montagneux, "Le Daim" suit le personnage plutôt antipathique de Georges (Jean Dujardin) obsédé par son blouson en daim et qui à un projet un peu spécial…

Avec ce film, on retrouve l’univers loufoque de Dupieux, Les amateurs de son oeuvre y retrouveront tout ce qu’ils aiment chez le cinéaste de "Rubber", alors que les autres resteront à l’extérieur de cette histoire où la folie côtoie la dépression.

Avec son humour absurde, sombrant parfois dans le macabre, Quentin Dupieux nous offre une folie douce qui prend le chemin du récit méta sans perdre de sa maîtrise ou de sa sincérité, comme cette scène poignante entre Georges et Denise (Adèle Haenel) sur les vraies motivations du personnage joué par Dujardin. Un duo d’acteurs au sommet de leur art, en particulier Adèle Haenel qui prouve une fois de plus son talent comique.

Avec "Le Daim" Quentin Dupieux livre un exercice de style où l’absurde côtoie l’humour noire à merveille.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire