Test jeu vidéo
Publié le 20/09/2017 à 13h35 par Pikminouchon
Yakuza Kiwami
8 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

ACTION - AVENTURE

Dix ans après sa sortie initiale sur PS2, le fils spirituel de "Shenmue" revient cet été dans une version entièrement remastérisée sur nos PS4... Les fans occidentaux vont pouvoir se replonger dans l'histoire tragique du yakuza Kazuma Kiryu, tandis que les nouveaux venus vont découvrir le concept d'open-world... sauce japonaise !

Septembre 1995 : à Tokyo, les frères d'armes Kazuma et Nishiki ont fini par gravir un à un les échelons de leur clan mafieux, si bien que Kazuma est sur le point de se voir confier sa propre "famille". Las, le destin de celui-ci bascule un soir terrible où son pote descend froidement un ponte Yakuza qui était sur le point de violer Yumi, la jeune femme avec laquelle ils ont grandi à l'orphelinat. Par dévotion, Kazuma se rendra, couvrant ainsi Nishiki, et écopant de 10 ans de prison... A sa sortie, il retrouvera un clan sens dessus-dessous et un Nishiki bien différent de celui qu'il avait connu.

Cette dramaturgie a toujours trouvé un écho auprès des gamers nippons, avides d'histoires réalistes et contemporaines dépeignant le monde secret et intrigant des Yakuza... En occident, la série a connu un succès moindre, notamment en France où elle n'a jamais vraiment décollé, la faute à une absence totale de localisation dans la langue de Kev Adams. Cet opus Kiwami ne fait malheureusement pas exception à la règle : tout le jeu est en anglais, voix et textes, alors que le travail d'écriture est formidable et rappelle les meilleurs films de Beat Takeshi (jetez-vous sur le sublime "Hana-bi" si vous ne l'avez jamais vu !)...

Dans les faits, notre Yakuza-justicier va arpenter le quartier chaud de Kamurochô, petit bac à sable "made in SEGA", destiné à raconter la progression de Kazuma et vous immerger dans l'univers sans pitié de la pègre japonaise... Le jeu mixe habilement les séquences de Beat'em all, à l'ancienne, mais aussi tout un tas de minis-jeux jonglant entre le sérieux et le débile.
Pour la baston, Kazuma pourra jongler entre 4 styles de combats différents, chaque affrontement permettant de gagner de l'expérience pouvant être dépensée pour améliorer les capacités de notre anti-héros ou lui débloquer de nouvelles techniques.
Le plus marrant consiste aussi à utiliser tout ce qui vous tombera sous la main pour neutraliser vos rivaux (clubs de golf, bicyclette, chaise...) : fun garanti !

Pas de doute, dans ces phases de combat, "Yakuza Kiwami" renvoit directement le joueur dans les années 90, où les jeux d'arcade pullulaient encore et nous servaient régulièrement du "Final Fight" ou du "Dynamite Deka"... Les plus vieux d'entre vous apprécieront sans nul doute !

Mieux encore : le nouveau système "Majima Anywhere" vous confrontera régulièrement et inopinément au psychopathe de service (adulé des fans !) Goro Majima. Ces joutes seront l'occasion de se frotter à un personnage fort charismatique, ne manquant jamais de provoquer Kazuma en duel. Elles vous permettront de récupérer une compétence ou une capacité relative au style "Dragon" que vous avez apparemment largement oublié lors de votre petit séjour en prison... C'est donc une véritable histoire dans l'histoire que nous propose ce jeu, déjà fort peu avare en contenu !

Car il y a de quoi faire dans ce Kiwami : les quêtes annexes sont nombreuses (un peu moins d'une centaine...), très différentes et souvent scénarisées... Parfois humoristiques, souvent tragiques, elles approfondissent l'expérience du joueur et assoient une ambiance déjà très cinématographique. On peut regretter certains aller-retours parfois pénibles et artificiels, mais il ne faut pas oublier que ce nouveau Yakuza est le remake d'un jeu aux mécaniques forcément datées.

Néanmoins, si cela ne suffisait pas, essayez donc la tonne de mini-jeux dont regorge Kamurochô : casino, bar à hôtesses, bowling, courses de voitures ou véritables jeux d'arcade de SEGA... Le choix est vaste et rafraîchissant entre deux bastons.

Tous les ingrédients de l'open world à succès sont donc réunis ici, à la différence près que le terrain de jeu se limite à un quartier chaud fictionnel, librement inspiré de Kabuki Chô à Tokyo... On est loin de l'échelle d'un "GTA 5" ou de "The Witcher 3", c'est certain !

Pourtant, si vous aimez le Japon et ses virés nocturnes au milieu des néons scintillants et des salarymen éméchés, nul doute que ce "Yakuza Kiwami" captera votre attention et sa réalisation graphique également : même s'il utilise encore un moteur 3D vieillissant, le coup de polish sur ce remake est tel que vous ne manquerez pas de vous arrêter devant les devantures des restaurants ou des bars, à admirer les reflets des lumières sur les flaques d'eau... Tournant parfaitement, le jeu de Toshiro Nagoshi et de sa team flatte les rétines et n'est pas sans rappeler l'effet que Shenmue procurait à l'époque sur les fans rêvant de mettre les pieds au Japon. Juré, craché !

Pour les puristes, sachez enfin que les doubleurs du jeu d'origine ont réenregistré toutes les voix, que les cinématiques ont été entièrement refaites et que cette version comporte 30 minutes de cinématiques inédites faisant notamment le lien avec "Yakuza Zero" (qui s'intégrait jusque-là assez maladroitement dans le récit...).

Bref, du tout bon, pour le fan avide et impatient d'attendre "Yakuza 6", comme pour le novice cinéphile, amoureux des films de Kitano.
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ UN REMAKE DE GRANDE QUALITÉ

+ UNE HISTOIRE ENVOÛTANTE, UN HÉROS ATTACHANT !

+ LE CÔTÉ ARCADE DES BASTONS : FUN ET JOUISSIF
- LA TRADUCTION FRANÇAISE, C'EST POUR QUAND ??

- LES QUÊTES FED-EX ASSEZ DATÉES

- LE MOTEUR 3D DATE UN PEU MAIS ASSURE ENCORE
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire