Test jeu vidéo
Publié le 09/07/2021 à 19h03 par Grégory
Leisure Suit Larry : Wet Dreams Dry Twice
7 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

POINT AND CLICK

Ce gros pervers de Larry Laffer revient dans une aventure pas piquée des vers sur Nintendo Switch ! Les joueurs PC connaissent bien ce lover impénitent puisqu'il s'agit carrément du 9ème épisode de la série, le précédent étant même sorti sur Switch il y a quelques temps. Avec ses nombreuses allusions à la série, bien connaître l'héritage de Larry Laffer ne sera pas de trop pour saisir les subtilités de son épopée insulaire...

Même s'il a été conçu avec des outils modernes, ce nouvel épisode s'inscrit toujours dans la mouvance des précédents: il s'agit donc d'un point'n click très traditionnel dans son approche, le côté érotico-coquinou en plus ! Car les auteurs de la série "Leisure Suit Larry" ne reculent jamais devant une bonne blague salace, une grosse vanne PEGI 18. C'est la grande caractéristique de cette série fleuve et le support Switch n'y déroge pas. En conséquence, ce jeu est réservé à un public adulte, en tout cas averti, le sous-titre n'est en rien mensonger ! Comptez aussi une bonne dizaine d'heures pour en voir le bout... enfin...la fin de l'histoire... Ah, sacré Larry ! Il déteint sur ce test...

Vous incarnez donc le pathétique Larry, toujours amoureux de sa douce ! Voyageur du temps, il se retrouve projeté plusieurs années en avant, sur une île paradisiaque... Difficile d'en dire davantage sur le scénario sans divulgâcher : celui-ci a beau être linéaire, il n'en reste pas moins épatant, avec une avalanche de situations rocambolesques visant à plonger le pauvre Larry dans l'embarras. Complétement déphasé, notre étalon macho va user ses techniques de drague jusqu'à la corde, sûr de son fait... Humour potache et situations coquines : le cahier des charges, bien graveleux, est respecté à la lettre, avec un Larry toujours aussi beauf et raz du front...

Affublé de son éternel costard blanc, Larry-la-loose va passer son temps à fouiller le décor comme dans tout bon point'n click qui se respecte. Il faut, en effet, déplacer le curseur sur tous les éléments qui vous paraissent louches (et ils sont nombreux!), afin de faire avancer l'histoire. Les poches de Larry peuvent transporter beaucoup d'objets qu'il faudra associer ou utiliser à divers endroits, voire qu'il faudra présenter à différents PNJ. Les énigmes sont bien souvent complexes et nécessitent de nombreux allers et retours entre les différents "tableaux" du jeu : il faut bien intégrer cette mécanique de gameplay et en accepter les limites. Leisure Suit Larry impose au joueur d'être curieux et attentif, au risque de passer à côté d'un item important. Pour les plus volumineux d'entre eux, prendre en photo avec le PiPhone deviendra vite un réflexe salvateur, sauf si vous aimez tourner en rond pendant des heures. A ce sujet, Larry n'hésite jamais à balancer un tir narquois ou deux afin d'orienter le joueur vers la suite de l'aventure...

Sur ce point, le jeu est inattaquable : entièrement (bien) traduit en français, doublé en anglais, l'aventure de Larry est parsemée de blagues lourdingues et grivoises. Si vous êtes allergique à l'humour de Bigard, nul doute que vous zapperez cette production allemande (oui, oui!) qui frise souvent le mauvais goût littéraire. Quant au plan artistique... Les phallus sont omniprésents à l'image de la libido adolescente de Larry ! Néanmoins, le rendu dessin animé, voire cartoon, est très réussi : les graphismes sont éclatants de couleurs, le trait est simple et gras (comme Larry), les détails nombreux et destinés à réveiller la curiosité du joueur en vue de la résolution des nombreuses énigmes. Souvent alambiquées et nécessitant de nombreux retours en arrière, il convient de s'immerger dans le jeu si vous ne voulez pas oublier un élément important ou un objet indispensable à une association future...

En ce sens, ce jeu est très traditionnel et old school : il ne vous prend pas par la main, et se montre austère dans son interface en dépit d'une ambiance bonne enfant. En outre, le portage sur Switch est très rugueux et n'a pas été pensé pour le public console : on déplace Larry avec le stick gauche et le curseur pour interagir avec le stick droit. L'ensemble est très imprécis et ne sollicite même pas l'écran tactile de la Switch en mode portable. Bien dommage !

Pour conclure (ceci est une blague !), ce nouvel épisode de "Leisure Suit Larry" s'adresse décidément à un public averti, tant par son contenu olé-olé, par son interface 100% PC et par son gameplay d'un autre âge. Toutefois, les fans avides de la série accueilleront le play-boy des fonds marins avec bienveillance et amusement, bien content de pouvoir griller quelques neurones entre deux tranches de rigolades puériles... Pour reprendre l'esprit de Larry, "con, mais bon" !
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ AH... LARRY... QUELLE ÉLÉGANCE !

+ UN POINT'N CLICK CLASSIQUE ET EFFICACE

+ UNE HISTOIRE DÉBILE QUI SE LAISSE SUIVRE AVEC PLAISIR

+ DES ÉNIGMES BIEN TORDUES, COMME ON LES ADORE
- UN HUMOUR GRAS ET PRÉHISTORIQUE QUI DIVISERA

- UNE INTERFACE IMPRÉCISE, INADAPTÉE AU SUPPORT

- POUR PUBLIC AVERTI SEULEMENT
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  RECOMMANDATIONS :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire