Test jeu vidéo
Publié le 04/08/2016 à 17h59 par Grégory
Deadlight Director's Cut
6 /10

DEADLIGHT DIRECTOR'S CUT - Action - PS4

Édition du jeu vidéo : Deep Silver

Graphisme : Le jeu de Tequila Works tourne sur l’indétrônable moteur Unreal engine 4 : les graphismes, d'un style réaliste, sont très jolis à regarder et profitent d'une belle mise à jour. Cela dit, ils sont aussi bien trop sombres et contrastés la grande majorité du temps ! On a donc bien du mal à distinguer le protagoniste principal quand il se tient dans l'obscurité, ainsi que tous ses petits copains zombis. Pire, le game design n'est pas souvent lisible, et on cherche souvent la corniche salvatrice ou la caisse à pousser. Conscients de ce problème, les développeurs ont mis les différents éléments interactifs en surbrillance mais cela ne suffit pas toujours. Sans aucun doute LE défaut du jeu.
Jouabilité : En dépit de sauts "flottants", le personnage se dirige aisément, comme dans un jeu de plateformes traditionnel. Au fur et à mesure de la progression du joueur, de nouvelles armes s'ajoutent (et la jouabilité qui va avec) ainsi que de nouvelles capacités (rebond contre les murs, roulades...). Bien entendu, plus la progression et les énigmes se corsent, et plus la panoplie de mouvements s'élargit. Le jeu ressemble énormément à Limbo, sorti en 2011, soit un an environ avant Deadlight, voire au mythique Prince of Persia, mais avec des zombis... Si vous avez déjà joué à ces jeux, vous ne serez pas dépaysé et vous le prendrez en main très rapidement.
Critique
Publié le 04/08/2016 à 17h59 par Grégory
Deadlight Director's Cut
6 /10
Ce n'est pas nouveau : les zombies sont méchants et ils ont faim ! Grande originalité ici, on les appelle "les ombres", ce néologisme n'étant pas le seul point commun avec la série "The Walking Dead" d'ailleurs... Ce ne sera pas le dernier emprunt à cette série culte, Deadlight ayant tout du jeu à licence... sans la licence !

Le personnage que vous incarnez, Randall Wayne, devra traverser tout Seattle pour retrouver les siens et éviter de se faire embrasser dans le cou au passage... L'histoire vous est contée grâce à des cinématiques en écran fixe (genre comics) mais aussi au travers des documents récupérés au cours du jeu, le genre de narration déjà vu mille fois dans un jeu vidéo.

Vous allez courir (beaucoup) et escalader (souvent), le décor urbain joliment détaillé, voire trop ! Comme indiqué dans la partie technique, vous chercherez souvent les indices autour de vous, et même votre propre personnage, la faute à des graphismes bien trop sombres. Du coup, le "Die and Retry" n'est pas très loin... Heureusement que les emplacements des checkpoints ne sont jamais frustrants. A vous aussi d'utiliser correctement les armes trouvées dans la ville en ruine (hache, pistolet...) ainsi qu'à gérer votre barre d'endurance, continuellement mise à contribution, que ce soit dans la course, l'escalade ou les combats.

Pour le reste, ce jeu de plateforme-action vous tiendra en haleine le temps d'une soirée et s'il a la saveur d'un épisode de "The Walking Dead", il n'en a pas non plus ni la qualité d'écriture, ni la qualité du doublage.

En somme, une réédition sympathique mais à faire uniquement si vous n'avez pas terminé l'original de 2012 et si vous n'avez rien de mieux à jouer.
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire